La France a réussi l’exploit de battre (1-0) le Brésil, champion du monde en titre, samedi à Francfort, se qualifiant pour les demi-finales du Mondial-2006 de soccer, où elle affrontera le Portugal, tombeur un peu plus tôt de l’Angleterre, mercredi à Munich (sud). L’autre demi-finale mettra aux prises l’Allemagne à l’Italie, mardi à Dortmund (ouest). L’Allemagne, pays hôte, et la France, retrouvée après un 1er tour où elle semblait complètement dépassée, deviennent les grandes favorites de l’épreuve.

L’élimination du tenant du titre - et détenteur du record de victoires (5) - est le plus gros coup de tonnerre depuis le début du Mondial, le 9 juin.

La France, maîtrisant de bout en bout un adversaire sans aucun ressort et privé de ballons, s’est imposée grâce à un but de Thierry Henry (57), le troisième de l’attaquant dans la compétition.

Une performance qu’elle réalisé 20 ans après l’exploit, déjà, de l’équipe de France de Platini qui avait éliminé le Brésil en quart de finale du Mondial-86.

Le Brésil de Kaka, Ronaldinho et Ronaldo, la « dream team » qui devait tout balayer sur son passage, s’incline là pour la première fois en phase finale de Coupe du monde depuis la finale du Mondial-98... déjà perdue contre la France.

Le Brésil restait sur onze victoires consécutives en Coupe du monde.

En quatre confrontations avec la France en Coupe du monde, c’est également la 3e fois que la Seleçao s’incline (1986, 1998, 2006), pour une seule victoire (1958).

Le Brésil n’avait jamais été éliminé aussi précocement depuis le Mondial-90 (8e de finale). Depuis, il avait disputé trois finales (2 victoires).

Dans l’autre quart de finale de la journée, le Portugal a dû en venir aux tirs au but pour éliminer l’Angleterre. Lors de la séance, un seul tireur anglais a marqué son penalty (Hargreaves), tandis que trois Portugais, eux, l’ont réussi (Simao, Helder Postiga et Cristiano Ronaldo).

L’Angleterre avait dû évoluer sans son milieu et capitaine David Beckham, remplacé à cause d’un coup reçu à un genou (52), puis à dix après l’exclusion de son attaquant vedette Wayne Rooney (62). Source : AFP