Ce matin 21 mars, à Roissy CDG, les Diables Rouges, à l’issue de leur stage en France, ont bien failli ne pas monter dans l’avion qui devait les ramener à Brazzaville pour leur rendez-vous avec les Chipolo Polo.

Levés à l’aube pour ne pas rater l’enregistrement, nos fier Diables Rouges vêtus de leurs lambeaux de survêtements estampillés AIRNESS [1] et arborant dans le dos un superbe « Congo Brazzaville », arrivaient à 7 heures dans l’aéroport parisien. Sans la présence du moindre officiel.

C’est au moment de se présenter à l’enregistrement que le team et son coach apprenaient que seuls 11 billets avaient été pourvus par la FECOFOOT. Unilatéralement, la fédération congolaise a décidé d’éliminer dans le groupe qui a fait le déplacement pour le Tchad 4 éléments (Richard Akiana, Odilon, Tchiamas et Kajima Moké) qui, selon eux, ne sont pas au mieux de leur forme, au profit de joueurs évoluant au pays et faisant partie de l’équipe ayant remporté la Coupe de la CEMAC. Si l’idée est défendable, la forme est plus que contestable, l’entraîneur continuant à travailler avec sa propre liste.

Les Diables Rouges se donnent en spectacle à Roissy

Une solution devait être trouvée au plus vite. Oscar Ewolo, sera obligé de taper du point sur la table et de lancer un ultimatum : "Soit toute la sélection part pour Brazzaville, soit toute l’équipe reste à Paris."
Le chantage serait-il le seul moyen pour obtenir gain de cause auprès de la Fédération.
Après moult tergiversations la solution a été trouvée in extremis. Les absents ayant toujours tort, les billets des joueurs retenus mais qui n’étaient pas venus (Camille Oponga, Christopher Samba , Bruce Abdoulaye) ont été échangés par l’administration de Brazzaville et offerts à trois qui, étaient sur les lieux. Ensuite un dernier billet a été acheté sur place a Roissy.
Finalement les joueurs ont pu embarquer. Mais quelle honte pour la Nation.

SOS médecins

De ce fait, nous nous interrogeons : pourquoi ces joueurs n’ont-ils pas été écartés de commun accord avec le coach ? N’aurait-il pas été plus intelligent de ne pas les convoquer au lieu de les héberger puis de les abandonner à l’aéroport ? Suffit-il qu’un joueur brille sur deux matches ou à l’occasion d’un tournoi pour qu’il fasse partie d’une sélection nationale ? A plus forte raison quand le championnat de Brazzaville n’est pas régulier !

Nota Bene : une fois de plus le corps médical était absent et, opportunistes, nos joueurs ont bénéficié des soins du kiné guinéen qui faisait partie de la délégation de son pays présente à l’hôtel.

[1Rebaptisé AIRPESS en raison de la piètre qualité de ses produits.