XINHUANET — 13 août — La Cour criminelle de Brazzaville a clos les débats samedi sur l’affaire des "disparus du beach" des réfugiés et rendra son verdict mercredi après plus de trois semaines de procès, selon une information en provenance de Brazzaville.

Quinze accusés, en majorité des haut gradés de la police et de l’armée du Congo-B, ont comparu pour leur implication présumée dans la disparition en mai 1999 au port fluvial de Brazzaville de Congolais rentrant d’exil en République démocratique du Congo (RDC) voisine, où ils s’étaient réfugiés pour fuir la reprise l’année précédente de la guerre civile dans leur pays.

Certaines ONG ont avancé avant le procès le chiffre d’environ 350 disparus, mais son ampleur réelle n’a été évoqué ni à l’audience, ni dans le dossier.

Après plus de trois semaines de débats souvent confus, où les dénégations des accusés répondaient aux mises en cause des parties civiles, aucune lumière n’a été faite sur les circonstances de ces disparitions, ni sur leur nombre, qui n’aura finalement pas été évoqué.

"Nous déclarons les débats terminés. Nous allons nous retirer pour délibérer dans cette affaire. Mercredi à 15H30 (14H30 GMT) nous rendrons notre décision", a déclaré le président de la Cour, Charles Emile Apesse, selon la même source.