MON BEF TEMOIGNAGE

Je suis une jeune étudiant de nationalité Congolaise suite aux événements sociaux politique de Décembre 1998 compte tenue de la position géographique de mon domicile familial je me suis retrouve au sud pays dans la région du pool ou je suis originaire en voulons regagne la capital .il nous fallait passer par la République Démocratique du Congo pays voisin ou moi et mes parents ( père , frères , sœur ) ou nous étions refuge enregistre au H.C.R le mardi 04 Mai 1999 nous quittons le site de Mbanza - Ngoungou à 11 heure du matin pour le beach de Kinshasa sous escorte des agents H.C.R , arriver à kasa -ngoulou à 18 heure ou nous passons la nuit dans le train . le mercredi 5mai 1999 journée noire pour moi et autre compatriote congolais qui sont disparu . pour moi tue par le pouvoir de Brazzaville . le train est laisse pour la destination du beach de Kinshasa arriver au beach de Kinshasa a 16 heure par la . et la H.C.R nous remet devant les autorités diplomate congolaise en R.D.C . il nous avait demande de remplire de fiche ou nous écrivons notre indente et profession plus dans le bateau chaque famille devrions entres ensemble moi je me suis sépare des mon père et mes frères puis ma sœur
Eux il étiez parti dans le premier bateau et moi dans le 2 bateau . alors arriver au Congo précisément au beach de Brazzaville a 17heure 45 . en face de nous il y’avait des homme vêtu en tenu militaire puis des Berre rouge et voilai il y a eu au colonel dans je ne me rappel plus du pas du nom . que je vais reconaitre en photo . il se maquille comme une femme . doit peser 95 kilo 1,15m de taille il a tenu un discours en disons que les femmes de l’autre cote puis les homme aussi puis le colonel Marcel touirou de la DRM . Qui avait demande a la population si il y avait des fonctionnaire militaire de ce faire voire déjà puis nous nous somme place en file indien vers la sorti du beach pour regagner vos habitats provisoires en famille ou site . il y avait un poste de contrôle juste a la porte de sorti puis une salle à cote ou il y avait des hommes et enfants en slips autre et je me suis pressente un milicien ou militaires . ma demande de haute ses chaussures de sport et a regarde mes pieds puis au niveau de la ceinture et au épaules j’avait des brûlures parce que j’avait un sac au dos voilà pourquoi ces brûlures il mon dit que j’était milicien de kolelas et toumi j’ai essayer de me defender verbalement un homme vêtu en tenu arme ma donne une gifle puis pas dit ( mocongo. Nidja ) et ma demande de me haute tous habits que j’avait . puis venais autres personnes jeunes a partir de 14 et plus dans le lot il y a un monsieur qui était dans mon quartier puis le frère d’un ami c’est même moi qui leur avait tenu informe de la disparition des ses deux homme . entre 9heure et 10 heure du soir nous avions été attache d’autres par des menotte et autres par leurs propre habits mon cas par exemple .avant de nous bande les yeux il nous avait demande la sur place au beach il avait tue 3 personnes c’était un homme au nom de korobau le colonel connais ce nom c’est lui qui site les gents
D’écrire nos noms adresse habituelle, puis bande les yeux et jette dans des camion bus
Nous étions superpose comme des bagages . et j’ai senti que les vehucule avait démarrer
Au moins 3 min plus tard les vehucule ces sont arrêter et il y a eux une discussion entres un parent accompagne d’un ami colonel qui voulais récupère mon ami qui est au Maroc actuellement. Cela .n’étais pas possible pour eux . puis . dans leurs discussion un militaire a dit a cet colonel . nous avions reçus des ordre nous me pouvions rien faire mon colonel .n’insiste pas mon colonel . ces hommes sont de bandits . au total sont compte la pose que nous avions marque la distance était de 6 min et il nous avait fait rentrée dans une maison les murs était jaune . et il nous avait détache puis de bande les yeux . il y avait un bubon ou il y avait de l’eau a boire . et nous demande de reconnaître
Que nous étions nidja . puis un garçons a commence a cite les gents comme il voulais . vers 3 heure dit matin un homme très barbu est venu dans la sale et a appel mon nom il ma sorti et ma demande ou j’avait eu a faire mon cepe je lui est dit puis il ma c’est grâce a toi que j’ai mon cepe tu ne va plus mourir
Tu doit faire tous ceux que je te dit je lui dit oui mais rappel moi ton nom il ma dit cela n’est pas important . et 1 après il est venu me cherche et ma tabace au point d’avoir sang au net et ma demande d’aller lave les tenu des militaires c’est la que j’ai sus que nous étions a la présidence du plateaux non lion de la direction de l’église évangélique du Congo juste a cote du ministère du contrôle d’état puis venu au jeune lieutenant . demande au solda de brûle tous les corps auprès les au voire tue mais il me doit pas avoir des coup de feu
Nourri . donc j’ai lave les habit toute la nuit . puis venue encore une voiture de marque vx demande au chef de poste
De ne pas tue les nidja sont entre écoute c’est demain dans la nuit il serai tue . mais il faut faire attention avec eux parce que c’est des gents très dangereux . et dans la journée du 6 mais vers 8 heure moi devant ma lessives j’ai vie le général Blaise adoua demande au garde ne pas laisser pas un autorité militaire du pool prend un ninja . car ceux si est notre pouvoir . il faut faire attention au voisin même même si il ta aide quand ta maison brûlait . et vers 15heure
Cet garçon milicien .ma dit tu va partir avec moi et fait venture d’une tenue militaire puis je suis sorti avec lui arriver au poste de police j’ai revue mon ami qui est au Maroc lui aussi était sorti puis nous avions prie un taxi je lui est laisse au plateaux des 15 ans et aujourd’hui je suis plus au pays . je connais au total 3 personne . un est au Maroc puis que j’était pour les vacance un en Afrique du sud un au Congo mais celui dit Congo est sans nouvelles
Il ne peut même plus marche normalement . pour moi le fils sassou edgard ngesso lui aussi droit être entendu
Et le colonel Marcel tourrou de la DRM . je suis pres a témoigne parce que trop c’est trop devant le juge mais identité protége quand j’étais au Maroc je voulais mon amie m’avait insiste que nous parlons a RFI mais nous avions pas trouver satisfaction vive la justice je suis disponible pour vous mais mais pour que je vous face confiance il fait que le colonel touanga soit la

VOICI MON MEL [email protected]


Par : un tenoin du vie