Les Diables Rouges, n’ont pas réalisé l’exploit que nous espérions tous. Notre équipe nationale, peu convainquante a dû s’incliner face à des stéphanois unis et bien entrainés. Sans se chercher d’excuses fallacieuses, nos petits gars sont quand même arrivés sur le stade Geoffroy Guichard avec la fatigue de 5 heures de route, et seules deux journées leur avaient été accordées pour se préparer ensemble. Ils n’ont pas fait illusion nos petits gars, cueillis a froid dès la 4 minute de jeu en raison de l’inattention de la défense, ils voyaient leur débit doubler 5 minutes plus tard pour les mêmes raisons.


En cette première mi temps, l’axe central constitué de Teddy Ongoly et Steaven Mouyokolo était bien lourd face aux accélérations de l’avant centre stéphanois et de Doula excentré droit. L’attaquant par Mamouna, esseulé en pointe n’a pas eu la tache facile face a la défense stéphanoise, malgré la ruse de Malonga et les quelques rares interventions d’Oscar Tsoumou et Andama. Le score à la pose reste à 2-0.
Le team de la première période était composé de Mouko, Abdoulaye, Farga, Mouyoukolo, Ongoly, Tsoumou, Ewolo, Merek, Andama, Malonga et Mamouna.


Todorov teste une autre équipe lors de la deuxième mi-temps : Mouko, Moké, Oniangué, Mbani, Kimbembe, Mpassi Ndzouba, Tsoumou, Ndinga, Ibara, Douniama et Lys. Kimbembé et Mbani sur l’axe central, ont impulsé un jeu plus dynamique et musclé. Les Diables Rouges ont franchement dominé le jeu de cette mi-temps sans pourtant parvenir à concrétiser. Hélas, contre le cours du jeu, les stéphanois sur corner repris de la tête marquaient leur troisième but. Piquée au vif notre attaque devenait plus tranchante grâce en particulier aux accélérations du petit Douniama bien alimenté par son milieu. Le tandem Ibara/Prince Oniangué (qui contre toute attente a évolué en latéral droit) nous a aussi fait forte impression. Lys Mouithys quant a lui a pesé sur la défense stéphanoise.

La rencontre s’est donc terminée sur un sévère 3-0 en faveur de l’équipe française.

Si cette défaite semble décourageante elle permettra au coach de faire le tri entre les deux équipes. Nous répétons que la seconde nous a paru très largement supérieure à la première. Peut-être faut-il prendre en considération que les joueurs de celle-ci ont eu une heure de plus pour récupérer de la fatigue du voyage.