Les meilleurs footballeurs d’âge junior du Brésil, de la Pologne, des Etats-Unis et de la Corée du Sud viendront jouer au Stade olympique de Montréal, cet été, à l’occasion de la Coupe du monde de football des moins de 20 ans qui sera disputée dans six villes canadiennes.

Ces quatre pays se sont retrouvés au sein du groupe D, samedi après-midi, à l’occasion du tirage au sort du Mondial U-20 qui a été effectué à Toronto.

« C’est un beau groupe, un groupe fort », a noté Francis Millien, président du comité organisateur de Montréal, lors d’une entrevue téléphonique avec la Presse Canadienne depuis Toronto. « Il n’y a pas d’équipe qu’on peut considérer comme faible. L’équipe qui va faire un faux pas va le payer cher. »

Les amateurs de football québécois pourront d’abord assister à un programme double, le 30 juin, où la Corée du Sud affrontera les Etats-Unis et la Pologne, le Brésil.

Le 3 juillet, le Brésil se mesurera à la Corée du Sud, tandis que la Pologne affrontera les Etats-Unis.

Le 6 juillet, le Stade olympique sera l’hôte du match Pologne-Corée, mais aussi d’un affrontement entre deux équipes du groupe E, mettant aux prises la République tchèque et le Panama.

Le 8 juillet, le Portugal affrontera la Gambie à Montréal, un match qui devait avoir lieu à Toronto mais qui a été déplacé en raison d’un conflit d’horaire avec une course automobile de série Champ Car qui sera tenue dans la métropole ontarienne.

Montréal accueillera également un match de huitième de finale, qui impliquera le Portugal, la Nouvelle-Zélande, la Gambie ou le Mexique, toutes des équipes du groupe C de Toronto, et une équipe de troisième place du groupe A, B ou F. Un match des quarts de finale suivra le 15 juillet.

« Les Etats-Unis vont représenter notre football, celui de l’Amérique du Nord, le Brésil c’est le football spectacle, tandis que la Pologne, c’est le sérieux de l’Europe de l’est, a ajouté Millien. Il n’y a pas de trou dans notre alignement. »

« Et avec les autres matchs qui vont suivre, tous les continents seront représentés (à Montréal). Les amateurs auront droit à toute la variété des équipes. »

Les demi-finales du Mondial U-20 auront lieu à Edmonton et Toronto tandis que la finale sera disputée à Toronto, le 22 juillet.

Le Canada, qualifié à titre d’équipe hôte, évoluera au sein du groupe A, en compagnie du Chili, du Congo et de l’Autriche.

« C’aurait pu être mieux, ç’aurait pu être pire », a déclaré l’entraîneur-chef de la formation canadienne U-20, Dale Mitchell, en réagissant aux résultats du tirage au sort dans le groupe A.

« Comme c’est toujours le cas pour nous, nous devrons lutter pour chacun de nos points. Nous savions que nous aurions trois matchs difficiles, d’une façon ou d’une autre », a ajouté Mitchell, dont l’équipe a atteint les quarts de finale à ce tournoi en 2003, avant d’être éliminée au premier tour en 2005.

Le Canada fera les frais du match d’ouverture du Mondial contre le Chili, le 1er juillet à Toronto, avant de rejoindre les autres formations du groupe A à Edmonton.

« Ce n’est ni le Brésil, ni l’Argentine, mais c’est quand même le troisième pays d’Amérique du Sud, a dit Mitchell du Chili. Ils jouent un football très technique et leur niveau de jeu sera très élevé. »

Le groupe B, qui sera basé à Burnaby, en Colombie-Britannique, sera composé de l’Espagne, de l’Uruguay, de la Jordanie et de la Zambie.

Le groupe E, celui d’Ottawa, mettra aux prises l’Argentine, la République tchèque, la Corée du Nord et le Panama. Ces équipes joueront le 30 juin et le 3 juillet au stade Frank-Clair dans la capitale fédérale, tandis que le 6 juillet, on pourra assister à un programme double où l’Argentine affrontera la Corée du Nord et le Brésil, les Etats-Unis.

Ottawa accueillera aussi un match de huitième de finale.

Enfin, le groupe F, à Victoria, comprendra le Japon, l’Ecosse, le Nigeria et le Costa Rica.

Le tournoi de 52 matchs aura lieu du 30 juin au 22 juillet. Il s’agit de l’événement de football le plus important au monde après la Coupe du monde senior.

Déjà 500 000 billets ont été réservés en vue de la compétition, dont 80 000 à Montréal, et les ventes devraient s’accélérer maintenant que les amateurs de football savent quelles équipes ils pourront voir jouer dans leur province.

Source : Presse Canadienne