Il y a sans doute une relation de cause à effet, depuis la mise en place du nouveau bureau de la FECOHAND, la discipline semble se réveiller. On trouvera dans cet article les dernières nouvelles de ce sport qui a tant fait parler du Congo par le passé.

FECOHAND

Dans le but de la préparation de la Coupe d’Afrique des Nations de janvier 2006 à Tunis, une commission technique a été mise en place avec :
-  Directeur technique : Jean-Claude Mbani
-  Entraîneur principal senior messieurs : Grégoire Nganga
-  Entraîneur adjoint senior messieurs : Roussel Samba
-  Entraîneur principal senior dames : Antoine Claise Nkombo
-  Entraîneur adjoint senior dames : Célestin Mpouah
George Ionescu, un technicien roumain est venu renforcer la puissance de feu du team en charge des équipes nationales. Le travail a commencé le 20 octobre dernier en stage local. La première sortie officielle des équipes dames doit avoir lieu à l’occasion des festivités de commémoration de l’indépendance de l’Angola à Luanda du 8 au 11 novembre la compétition regroupera Angola, Côte d’Ivoire et Congo.
Toutes les équipes doivent ensuite se déplacer en stage de mise au vert soit en France soit en Roumanie.

En ce qui concerne la Coupe d’Afrique des Clubs Champions, les clubs qui représenteront le Congo seront Etoile du Congo chez les messieurs et CARA chez les dames.
En Coupe d’Afrique des Vainqueurs de Coupe on retrouvera Patronage de Pointe-Noire pour les messieurs et Inter-Club de Brazaville pour les dames.

Classement définitif du championnat national

Juniors dames :

1erBankosportPNR
2èmeASELBZV
3èmeEtoile du CongoBZV

Juniors messieurs :

1erEtoile du CongoBZV
2èmeAmicalPNR
3èmeDiables-NoirsBZV

Seniors dames :

1erCARABZV
2èmeInter-ClubBZV
3èmeAbosportBZV

Seniors messieurs :

1erEtoile du CongoBZV
2èmePatronagePNR
3èmeAvenir du RailBZV

Nouvelles de la ligue du Kouilou

Le nouveau bureau exécutif de la ligue départementale, sous la direction de Laurent Odjola, a bien commencé son mandat en plaçant trois équipes en finale des derniers championnats nationaux. Parmi elles la toute nouvelle équipe Patronage senior hommes qui en deux années d’existence s’est hissée jusqu’en finale où elle a été vaincue par. Cette même Etoile du Congo a battu en juniors Amical de Pointe-Noire. Bankosport junior dames a battu ASEL de Brazzaville.

La déception est venue des seniors dames de Trabec et Bankosport qui dans ce championnat ont fermé la marche.

La finale du championnat 2006 doit se dérouler à Pointe-Noire, gageons que le fait de jouer à la maison, devant leur public, dynamisera toutes les équipes kouiloises pour les mener au firmament du sport national.

Bankosport juniors dames, La renaissance du handball Kouilois

JPEG - 64 ko
Bankosport junior dames

Après la mémorable épopée de Munisport Handball séniors hommes de Pointe-Noire à la fin des années 80, le handball Kouilois a eu a subir une longue traversée du désert dans le cadre du championnat national. Les distensions structurelles et organisationnelles ont empêché toute étude de solution, les dirigeants sportifs départementaux étant beaucoup plus préoccupés par leurs rivalités que par les résultats des équipes dont ils sont en charge.

Pour étayer cette thèse il n’est que de citer l’exemple des équipes juniors dames et hommes de Munisport Handball, qualifiées pour la phase finale du championnat à Brazzaville et dont le propriétaire, la mairie de Pointe-Noire n’a pas été à même de déplacer sur les lieux de la compétition. Un petit million aurait suffi. Pourtant, cette même mairie n’a pas hésité à débourser des sommes faramineuses pour sponsoriser la « Route de l’Equateur » par ailleurs déjà grassement dotée.

Fait nouveau : l’essor de Bankosport junior dames, du président André Blaise Bollé, ancien président de la FECOHAND et président de la commission arbitrale de la C.A.H.B. (Confédération Africaine de Handball). Cette équipe, en ne concédant aucune défaite, a survolé le championnat départemental de handball de la ligue du Kouilou. Ce résultat est le fruit d’un travail de longue haleine comme nous l’a déclaré son entraîneur Régis Alain Matongo « Mon équipe vient de disputer sa 3ème finale en 4 ans en dépit des changements de joueuses pour des raisons diverses à chaque début de saison. »

Au cours de la saison passée, les jeunes filles de Bankosport, Nina Nzoussi, Marina Mboukadia, Belvina Ontsouka, Jocelyne Ollobo, Marina Mackosso, Mogèle Angoro, Edna Piya, Inès Kendet, Goddécia Kendet, Bienvenue Kaya, Jeanvelde Pea-Palaba Marjolaine Nkouka et Dolvrine Kira menées par leur capitaine et gardienne de but Edvie Kouka, ont séduit plus d’un observateur en développant un jeu simple et direct.

Le sponsor principal de Bankosport est la COFIPA-BANK, et nous osons espérer que les résultats obtenus attireront à elle d’autres mécènes, afin de susciter de nouvelles vocations.

Régis de Malika (Congopage) interviewe Régis Matongo [1], entraîneur de Bankosport junior dames

JPEG - 52.2 ko
Régis matongo interviewé au stade Massamba Débat

Régis de Malika : Quel sentiment vous anime après avoir gagné le titre national ?

Régis Matongo : Dire que je n’éprouve ni joie ni fierté serait mentir. Nous avons décroché le premier titre obtenu par notre club, c’est pour nous, pour notre sponsor la COFIPA Bank et pour tout le Kouilou un superbe trophée que nous avons rapporté à Pointe-Noire. Mon souhait le plus cher est qu’il ne soit que le début d’une longue série, et qu’il serve de catalyseur à toute une jeunesse qui a perdu sa foi dans les institutions sportives.

RdM : Y a-t’il un secret à cette victoire ?

RM : Bien sûr, mais comme c’est un secret je ne peux pas le révéler (rires...). Non, toute plaisanterie mise à part il y a essentiellement le travail, le sérieux, le travail, la rigueur, le travail, mais sans l’enthousiasme des filles rien n’aurait pu être possible, et puis le travail, le travail et aussi le travail.

RdM : Des équipes ont été privées du déplacement sur Brazzaville, d’autres à l’instar de Bankosport sont arrivées très tard, que pouvez-vous en dire ?

RM : Nous regrettons tous que certaines équipes n’aient pas pu monter à Brazzaville, la compétition en a forcément pâti, et notre victoire aurait été plus belle si nous avions été confrontés à l’ensemble des teams retenus. Je ne connais pas toutes les raisons de ces défections.
En ce qui concerne notre retard à l’arrivée, elle ne résulte que d’un problème technique de la compagnie aérienne que nous avions choisie. Nous n’avons eu aucune difficulté de financement, monsieur Bollé de la COFIPA a vraiment assuré.
Je profite de l’occasion qui m’est offerte ici pour lancer un appel à d’éventuels sponsors, car le sport congolais ne peut évoluer qu’à l’aide du sponsoring.

RdM : Que pensez-vous de la composition de la nouvelle commission technique nationale ?

RM : J’en approuve la quasi totalité, il me semble cependant que monsieur Grégoire Nganga aurait été plus à sa place en tant que directeur technique national en sa qualité de plus gradé de la commission.

RdM : Votre dernier mot ?

RM : Je vais me répéter, en remerciant tout le staff technique et les dirigeants de Bankosport, la COFIPA Bank et bien sûr les filles qui ont abattu un travail considérable tout au long de la saison. Elle m’ont étonné par leur progression. Enfin, merci à la FECOHAND pour organiser des stages et des séminaires de recyclage pour entraîneurs, arbitres et dirigeants, sans lesquels nous ne saurions faire évoluer notre discipline.

[1Né en 1968 à Brazzaville, Régis Alain Matongo s’est distingué aux Diables Noirs puis à Interclub. Entraîneur 2ème degré (major de sa promotion), il coache depuis 2001 l’équipe junior dames de Bankosport de Pointe-Noire. En quatre années d’exercice, son équipe été trois fois championne du Kouilou et a disputé trois finales dont la dernière victorieuse.
Son ambition est de demeurer sur les traces de ses aînés : Grégoire Nganga, Isis Mabanza, Chérubin Nkodia... et de promouvoir la discipline qui est la sienne.