2,1 milliards de Fcfa. C’est le budget de la course des voiliers (dite « la Route de l’équateur ») qui partira de Marseille en France avec l’arrivée à Pointe-Noire au Congo le 5 juin prochain. Soit 4.500 milles pour 20 jours de course. Ce montant a été révélé le jeudi 28 avril dernier dans la ville océane, au cours d’une communication du Ministre Louis Marie Nombo Mavoungou en charge de la Marine Marchande. Il est financé par la SNPC, la Municipalité, le Port autonome de Pointe-Noire et sur le budget de l’état.

Pour cela, il est prévu la réalisation de plusieurs infrastructures. Notamment la construction d’un pont flottant comme site de réceptacle (accostage) des voiliers et aussi la construction d’un village d’accueil des skippers dans la lagune de Pointe-Noire. Ce sera très probablement sur la rive près du restaurant « la Baraka » pour ceux qui connaissent la ville de Pointe-Noire. D’autres personnes intéressées pensent que le village d’accueil devrait être érigé à Loango sur le site de la route des esclaves... Des dispositions sont aussi entrain d’être prises pour le rapatriement rapide des voiliers après la course.

Vraisemblablement, le Gouvernement de la République du Congo tient à la réussite de ce projet dont la réalisation a d’ailleurs été prise en main par le cabinet du chef de l’état a indiqué le Ministre Nombo Mavoungou. On se rappelle que lors du conseil des ministres du 14 janvier 2005, le Gouvernement de Sassou Nguesso avait inscrit cette course à son ordre du jour et l’avait qualifié comme l’un des évènements sportifs et culturels majeurs de l’année, à côté du Fespam. Un trophée et un prix de 400.000 euros est mis en jeux. C’est dire toute l’importance accordée à ce projet, pour la notoriété du pays pense-t-on. Et aussi pour le renforcement des relations culturelles et sportives entre la France et le Congo.

Mais pour de nombreux congolais, l’arrivée d’une course de voilier ne représente pas vraiment un grand spectacle, d’autant plus que c’est un sport non pratiqué et pratiquement inconnu au Congo. C’est du simple prestige et une perte d’argent pensent ( à tort ou à raison ?) certaines autres personnes.

Pour mémoire, on retiendra que « La route de l’équateur » est une course en équipage, ouverte aux meilleurs skippers du monde, sur des bateaux voiliers de 50 à 60 pieds, de la classe IMOCA, VOR et IRC. Chaque équipage accueille à son bord pendant toute la durée de la course, un invité (journaliste, sponsor, personnalité) porteur de projet non sportif, de solidarité avec l’Afrique et/ou le Congo.

J. Malonga Pour Congopage