Les slogans dans notre pays ne font pas leur contenu même lorsque ils sont sortis de la bouche des ceux qui dirigent.

Je viens ici sur Congopage, apporter ma modeste contribution au débat politique. Il me semble en parcourant certaines interventions que nous souffrons tous d’un mal qui risque de ruiner notre Pays et diviser notre Peuple de plus belle.

Tenez, à propos de cette affaire des disparus du beach, il est difficile au regards des informations des uns et ds autres de douter de leur commission. J’ai eu le privilège de travailler dans les milieux politiques avant d’évoluer dans une organisation internationale. Le Président Sassou que je connais bien non pas en tant que originaire du Nord, mais en tant que cadre, me paraît très faible sur cette question, un Ministre impétueux aux déclarations toujours identiques d’un côté, et de l’autre, une constallation d’accusateurs sous la houlette d’un ancien cacique du PCT avantagé par la connaissance qu’il a des membres du pouvoir, du fonctionnement des milieux internationaux et d’une justuce aux comportements commandés par les aléas du parcous politique et économiques des rélations entre le Congo et la France. Lequel colonel Touanga vient comme donner de l’air à une opposition presque moribonde et aux appetits ventraux compromettants.

Si les relations étaient parfaites entre la France et le Congo, cette affaire n’aurait pas eu cette envergure. Si le pouvoir avait pris ses responsabilités à temps, le colonel ne serait pas sorti du congo. Maintenant, nous assistons à une danse macabre où les animateurs s’envoient des cadavres sur les visages pour le grand déshonneur du Pays. Il n’ya rien de plus désolant que voir un collègue faire irruption dans votre bureau pour vous apporter un journal sur lequel en première page votre président est présenté comme un criminel.

Nous disons à notre humble avis qu’il faut troucer à cette affaire, une solution nationale. Les tribunaux existent. Les victimes sont des congolais, les parents sont présents au Congo. Les enquêteurs et les magistrats vont établir les responsbilités et les Juges vont désigner les coupables et prendre les décisions qui s’imposent. Je suis d’accord avec le¨Président de mon pays pour un procès. Mais je ne pense pas que il soit responsable de dire toujours que il n’y a jamais eu de disparus.

Au niveau de la mobilisations des intelligences sur cette affaire, les propos sont révoltants. Les tribalismes primaires, les engagements ou positionnements sont totalement contre produtifs. Il faut tenir les tribus et les populations loin de toutes ces "jazzeries faussement sonores" pour contribuer à un discours d’unité. Hier, le président Pascal a déclencheé une guerre. Plusieurs milliers de morts. Des individus ont trouvé celà normal parce qu’ils étaient de la tribu.

Les milices corolaires d’une armée mercenarisée ont été les bourreaux d’une population qui ne voulait que vivre comme nous. Aujourd’hui nous sommes devant d’autres crimes que nous approuvons ou contestons selon le camp auquel nous appartenons. Ressaisissons nous et allons vers l’unité pour la reconstruction morale physique et politique du Congo. Demain nous vivrons mieux.


Par : MONAMPASSI

Les dirigeants passsent, les peuples demeurent. Dans leur exil doré pour certains, ils ne pensent plus aux peuples.