Quid l’esprit scientifique au Congo ? Gaston Bachelard est mort, vive Merlin l’enchanteur.

Souvenons-nous. Après avoir donné une consigne implicite de vote, en 1992, Mgr Ernest Kombo, jésuite, salua l’élection de Pascal Lissouba sur Bernard Kolélas par cette phrase : la logique scientifique a triomphé de la logique mystique. La suite de l’histoire du Congo, pays dirigé par la logique militaire, semble donner tort au prélat aujourd’hui décédé.

Antoinette Sassou est à Paris

Jeudi 12 octobre 2017, se recueillant devant le catafalque de l’arrière-fils du juge coutumier Tâ Nkéoua, décédé à Servan (93), Antoinette Sassou pouvait apprécier le tapis rouge qu’on avait déroulé sous ses pieds devant la tombe où allait reposer pour l’éternité le défunt.

Vous avez compris : Antoinette Sassou est à Paris dans sa résidence cossue de Rambouillet. Cette baraque compte pour un bien mal acquis. Qui a dit que bien mal acquis ne profite jamais ? Ayant elle-même récemment tutoyé la mort, dans un élan de logique mystique, Antoinette Sassou acheta une messe à la Basilique Ste-Anne comme jadis, au moyen-âge, on achetait des indulgences pour échapper à l’Enfer. Signalons, au passage, la logique financière qui triomphe dans L’église du Congo avec ses curés à la solde de Mpila.

A défaut d’investir dans les hôpitaux au Congo, Antoinette Tchibota investit le religieux, verse dans le mysticisme. Ce faisant, cette épouse de dictateur marxiste pose un acte de magie sociale qui en dit long sur le triomphe de la logique métaphysique dans nos sociétés à l’ère de l’informatique.

Hyldevert Mouhani aussi

Un malheur ne venant jamais seul, Hyldevert Mouhani, député de Moungali et personnage de triste mémoire, a été signalé aussi dans nos murs, à Paris. Le sinistre sire a fait la fiesta à L’Île Saint-Denis (93) où comme des mouches autour de la merde, les flatteurs de la diaspora ont afflué. Ces prolétaires en vestes fashon, déterminés par la logique du ventre sont prêts d’applaudir le diable en personne alors que leur pays d’origine brûle. L’absence de conscience de classe restera un sérieux handicap de la mobilisation. La question est : que font les Combattants de la diaspora ? Deux gibiers de potence ( Mme Sassou et le cobra Mouhani) sont à portée de leurs mains et aucune action en représailles n’est menée à leur encontre. Olive Kabila à la place d’Antoinette Sassou aurait fait les frais de la colère des Combattants Inguéta de la RDC.

Vol de nuit

Malade, l’arrière-petit fils de Nkéoua, neveu d’Antoinette Sassou, est décédé dans l’avion qui l’évacuait de Pointe-Noire à Paris. Je passe sur le traumatisme des passagers de ce vol d’Air France. Le choc aurait pu être vécu par les passagers de la compagnie congolaise. Mais Ecair est morte et définitivement enterrée suite aux vols commis par sa direction. Du reste, nombre de compagnies aériennes étrangères vont déserter la desserte de Maya-maya au motif que cet aéroport est fiscalement répulsif. Est épargné par ce boycott, l’aéroport de Pointe-Noire, ville dont les fonds marins pissent des milliers d’hectolitres de brut/jour. – « Trois compagnies aériennes, à savoir South African Airways, Air Ivoire et Camair-co ont suspendu la desserte de Brazzaville depuis un certain temps, se plaignant du taux de remplissage trop bas des aéronefs, qui oscillerait entre 10 et 25% dans la capitale congolaise » (Brazzaville, 20 OCT (ACI))

Le 21ème siècle

Une pensée qu’on prête à André Malraux mais qui n’est peut-être pas de l’auteur de La Condition humaine stipule que le 21ème siècle sera spirituel ou ne le sera pas. Malraux ne voulait pas dire que l’homme allait s’améliorer. Il voulait dire que le moyen-âge allait revenir en force. C’est ce qui arrive au Congo où les populations écrasées par la dette et mis au pied du mur par les vautours du FMI se partagent entre irrationnel et logique scientifique. Jamais éthique mystique et esprit préindustriel n’ont autant favorisé la prospérité des églises de réveil que sous le second empire de Sassou.

Hôpital fantôme

C’est connu, la nomenklatura évacue ses malades en Occident à tour de bras. Normal. Le petit-fils du juge Nkéoua dont Antoinette Sassou pleure la mort n’est qu’un cas parmi de milliers d’autres. Grève des médecins congolais ou non, le PCT, soucieux de la santé de ses cadres politiques, a signé une convention avec des hôpitaux de Paris. Rien d’étonnant que Sassou se fiche royalement de l’état de misère dans lequel se trouvent ses compatriotes.

Le CHU de Brazzaville est dans un piteux état. Il est dans de beaux draps. Personnel en grève, malades renvoyés chez eux : l’hôpital général de Brazzaville défie les lois de la raison humaine. Thierry Moungalla a beau soutenir qu’en dépit de la grève il y a un service minimum, en fait avec ses couloirs vides, l’atmosphère de l’hôpital général évoque un bateau fantôme. Les plaisantins suggèrent au désormais féticheur Hugues Ngouolondélé, ministre des Sports, de désenvouter cet établissement hospitalier dont les sous-sols, comme les catacombes de Paris, abritent les restes des grands blessés de la guerre civile de 1959 entre partisans de Youlou et d’Opangault. Ce n’est certes qu’une légende née d’une logique mystique développée lorsque la raison pratique décrite par Emmanuel Kant échoue sur les remparts ésotériques du surnaturel. Hugues Ngouolondélé a dégringolé dans la logique mystique quand, devant des caméras, cet originaire des Plateaux Batéké, s’est employé de désensorceler le stade la Concorde de Nkitélé-Brazzaville où les Diables Rouges prennent chaque fois la raclée alors que l’équipe compte de grands joueurs internationaux.

La logique téké

Débordé par l’insurrection du Pasteur Ntoumi, Sassou a consulté les sages Téké et Lari. Les magiciens téké ont eu la spirituelle idée d’envoyer le terrible fétiche kwembali décimer les Ninja et Nsiloulou. Empêcheurs de tourner en rond, les rebelles du Pool ne sont cependant pour rien dans la délinquance financières des Kiki Nguesso, Edgar Nguesso et autres Jean-Jacques Bouya à laquelle des milliers de travailleurs congolais doivent des mois d’arriérés de salaires. La condition humaine devient intenable au Congo.

La science et la religion

La logique mystique n’a pas seulement du succès au Congo de Sassou. L’irrationnel est également de mise en RDC où un Pasteur des Eglises de réveil a demandé audience à Joseph Kabila. Ce ministre de Dieu prétend détenir un système magico-religieux capable d’aider l’équipe des Léopards de gagner son visa pour la coupe du monde en Russie.

Cette semaine du 17 octobre 2017, la logique mystique a eu raison d’un ressortissant de la RDC de la ville de St-Etienne. Sur les conseils de son Pasteur, ce Congolais a renvoyé à Kinshasa ses deux nièces jumelles de dix ans suspectées de sorcellerie. « Une fois délivrées au pays elles pourront revenir » a benoîtement déclaré leur oncle, un certain Roger Makiési. Le procureur de Saint-Etienne est saisi. On attend avec fièvre les preuves matérielles que l’oncle fanatique va fournir au juge pour justifier l’expulsion de ses nièces en RDC.

La forêt équatoriale imperméable à l’histoire

Les forêts et les savanes du bassin du Congo ne sont jamais survolées par la chouette de Minerve. Le philosophe Hegel avait estimé que l’histoire avait du mal à pénétrer cette région forestière d’Afrique Centrale. Sa thèse suscita autant de scandale que l’axiome de Lucien Lévy-Bruhl : la pensée des hommes de la forêt équatoriale est prélogique. L’épistémologie n’était certainement pas de la partie quand les sages des plateaux Batéké et l’ancien maire de Brazzaville convoquèrent la puissance des ancêtres pour faire échec à nos échecs sportifs. En procédant à une cure d’exorcisme magico-religieuse afin d’améliorer nos conditions sportives le bougre et bourgmestre de Mfoa-Brazzaville doit faire pouffer de rire Nicolas Sarkozy. L’ancien chef d’état français reçut une volée de bois vert en affirmant que l’Afrique entrait à reculons dans l’Histoire. Quand on se tourne vers la magie pour régler les problèmes provoqués par des voyous politique, on semble donner raison au discours réactionnaire de Sarkozy à l’Université Cheick Anta Diop de Dakar.

La philosophie Bantoue

Avec un esprit de complaisance convenue, le Révérend-Père Placide Tempels identifia une philosophie Bantoue qui n’aurait rien à envier à la philosophie grecque. Or la philosophie est une et indivisible. C’est sans doute pour cette raison que la philosophe Yala Kisukidi, dans une rupture épistémologique, prône la décolonisation de la philosophie africaine, pulvérisant des affirmations du genre « l’émotion est nègre, la raison hellène ». Senghor, auteur de cette ineptie, manquait de philosophie en cherchant à dénigrer ses frères Africains. En revanche, c’est sous le coup de l’émotion, sous Sassou, qu’on a privilégié la panse aux dépens de la pensée ; fait honneur au ventre au détriment du cerveau ; encensé le biceps à l’inverse du concept. L’université lieu d’acquisition de la pensée scientifique est à terre tandis que le veau d’or est plus que jamais vénéré. Après avoir exproprié sans dédommagements les fonciers téké de Kintélé pour ériger un complexe universitaire démuni de structures ad’ hoc, créer une zone industrielle sans usines et un complexe sportif sans performances à la clef, où sommes-nous sinon à fond dans la pensée sauvage dont parle Claude Lévi-Strauss ? (L’anthropologue distingue pensée sauvage et pensée des sauvages)

Louis Pauwels écrit son best-seller Le matin des magiciens sans penser un seul instant au Congo-Brazzaville. Or la magie noire a repris du service. Gageons que la chute du tyran franc-maçon d’Oyo va déclencher le crépuscule de ces magiciens de l’enfer.

Simon Mavoula

JPEGSéance de magie noire au Congo