J’accuse ceux qui pratiquent le « délit d’agité » ; ceux qui pratiquent le parricide ; ceux qui ont déjà assassiné leur père pour s’accaparer des règnes du Parti. Se sentant certainement déjà mal aimés par leur père, ils ont pris le devant pour le « tuer » afin de s’approprier de l’héritage par la force. Nous savons qu’aujourd’hui, notre Président Bernard KOLELAS a été transformé en véritable automate, à qui les enfants et d’autres renégats dictent tout. Ils lui imposent tout, lui font signer tout. Tout le tralala que vous avez vécu : composition du Bureau politique, nomination par ici, par là, n’est que l’œuvre éhontée de ceux qui pratiquent déjà le parricide.

DE HAUTE TRAHISON : ON EST ENTRAIN DE TUER LE MCDDI.

« J’ACCUSE »

J’accuse ceux qui pratiquent le « délit d’agité » ; ceux qui pratiquent le parricide ; ceux qui ont déjà assassiné leur père pour s’accaparer des règnes du Parti. Se sentant certainement déjà mal aimés par leur père, ils ont pris le devant pour le « tuer » afin de s’approprier de l’héritage par la force. Nous savons qu’aujourd’hui, notre Président Bernard KOLELAS a été transformé en véritable automate, à qui les enfants et d’autres renégats dictent tout. Ils lui imposent tout, lui font signer tout. Tout le tralala que vous avez vécu : composition du Bureau politique, nomination par ici, par là, n’est que l’œuvre éhontée de ceux qui pratiquent déjà le parricide.

C’est un crime de haute trahison. Il faut que ces enfants et leurs acolytes sachent que le MCDDI est une propriété du POOL, qui s’identifie à cette région phare et « locomotive du Congo. Que les fils de cette région, ne se laisseront pas noyés dans le crachat de ces bambins et le Président du MCDDI lui-même d’ailleurs n’aurait jamais accepté, dans les moments où il bandait fort, que ces enfants et autres renégats ne s’approprient de cette façon des règnes du Parti.

Je sais ce que me disait le Président Bernard KOLELAS quand il m’appelait « son meilleur chien de chasse » en parlant de ses enfants.

En effet chaque fois que nous parlions d’un sujet pointu, sensible, connaissant mes affinités avec ses enfants, ceux là qui se sont appropriés des règnes de notre vaillant Parti, qui pratiquent le délit d’agité : « surtout n’en parle pas à ..... jamais, au grand jamais il ne faut en parler à ton frère ». Je peux encore écouter et j’écoute encore le ton utilisé lors de nos conversations téléphoniques. Le connaissant déjà, depuis que tout le monde parle de lui pour ses versatilités et ses duplicités, j’ai joué mon rôle de juriste qui a besoin des preuves. C’est alors que je pris la peine d’enregistrer la plupart de nos conversations pour qu’il ne se dédît pas le jour venu où nous passerons tous devant le grand jugement de l’histoire. Comme disait mon confrère Maître OKOKO défiant Sassou Nguesso à la Conférence Nationale Souveraine que : l’Avocat, c’est plus futé, plus intelligent, plus prévoyant, plus malin et plus rusé qu’un petit policier , il faut beaucoup s’en méfier.

Ce n’est pas pour jeter de l’anathème sur ses enfants ni pour semer de la zizanie dans sa famille, mais ce que je sais, qui est vrai et démontrable, c’est que le Président de notre Parti a de gros problèmes avec pas seulement ses enfants qu’il redoute chaque jour ; surtout un d’entre eux mais aussi ; il se méfie énormément de ses collaborateurs d’hier, ceux qui gravitaient et qui gravitent encore autour de lui depuis 1990, c’est à dire, depuis la naissance du Parti.

Bernard KOLELAS est le Chef le plus trahi de tous les grands hommes politiques de notre pays. Depuis 1990, il ne s’était entouré que des traîtres à la solde de l’ennemi. Tous sans exception, en commençant par le Directeur du Protocole Sabio en passant par le fameux Porte parole, les commandants militaires, tous d’une façon ou d’une autre, ont trahi Kolélas.

Où sont-ils tous ces gens là ? Qu’ont-ils fait depuis 1997 ? Où sont les Mbizi hier gonflé à bloc et déifié par KOLELAS ? Considérés comme tels, comment voulez-vous que nous fassions confiance à tous ces renégats, ces traîtres endurcis qui tous les temps, n’ont été et ne sont que des collabos, des corrompus des traîtres pratiquant la forfaiture à la solde du pouvoir de Brazzaville.

Regroupés autour des enfants qui eux-mêmes ne savent encore rien faire en politique et qui n’ont aucune estime de leur propre père parce que ne leur faisant aucune confiance, ils ne peuvent par conséquent, pas nous dicter aujourd’hui leur façon de voir et de gérer notre Parti, le Parti du Pool et non de KOLELAS.

Tous ceux là qui gravitent ou se sont accrochés au biberon des enfants de KOLELAS, sont tous des traîtres. Tenez : qui a trahi Bernard KOLELAS quand pour la deuxième fois, il avait tenté de rentrer en force dans son pays en décembre 2003 alors que le Président B. KOLELAS m’avait envoyé en mission rencontrer tous les chefs d’Etat de l’Afrique centrale, et à cette date, me trouvais en Guinée Equatoriale ? Qui avait alerté les autorités du Congo B qui, elles mêmes avaient saisi leurs homologues de Kinshasa ? Et quand quinze jours plus tard je suis reçu au haut sommet de l’Etat à Kinshasa, au Mont Galliéma, je suis halluciné par ce que j’apprends de la bouche même des Hautes de ce pays.

Je peux me venter d’avoir de bonnes relations avec les autorités du Congo K et ce que j’apprends est un véritable cataclysme, un typhon, un tsunami. Kolélas devrait aller s’agenouiller devant la tombe de Youlou pour demander pardon car s’il savait ce que, même ceux qui se disent ses collaborateurs trafiquent contre lui on parlerait d’envoûtement. Sur ce plan, je dirais, en jurant sur la tête de tous les nôtres que Sassou Nguesso a assassinés, notamment Alphonse Massamba Débat, mon Père spirituel, que j’étais le seul à lui être fidèle comme une ombre. Et Dieu merci de m’avoir donné cette force extraordinaire de n’être pas tombé sous le coup de la corruption et de ne m’être pas égaré. C’est aussi cela quand on se réclame du Père spirituel que fut le Grand Homme Alphonse MASSAMBA-DEBAT, le seul qui n’ait pas trahi son pays et le peuple congolais.

IL Y A CRIME DE HAUTE TRAHISON ET D’AGITÉ AUTOUR DE BERNARD KOLELAS.

Il y en a qui devrait souffrir du déshonneur de la collaboration et de la traîtrise. A malin, malin et demi.
Ceux qui croyaient prendre leurs mensonges pour des vérités, leur traîtrise pour la fidélité, ceux qui se sont toujours gavés des revenus de la collaboration avec l’ennemi, ceux qui émargent toujours au Ministère de la corruption, de la Haute trahison, de la traîtrise et de la honte ; Ceux qui ont commencé à « tuer et à tirer » du bas, notre Parti, ceux qui, depuis l’exil, alors que notre Président tirait sa langue pour commencer et terminer ses mois, eux, ces soit disant collaborateurs se faisaient chatouiller par le pourvoir de Brazzaville, percevant bruyamment leurs salaires.

Pas en tant que fonctionnaires mais en tant que traîtres et collaborateurs vendant les valeurs de notre Président et du Pool, Les éternels membres du Bureau politique qui ont brillé et participé allègrement au lynchage de leur Président à travers les Enchia Ebia alors Procureur de la République dans le procès de la honte, les Bouétoubassa Prospère mangeaient et recevaient les dividendes de ce dernier, son ami.

Ceux qui croyaient nous noyer dans leur mensonge éhonté, leur malhonnêteté intellectuelle, ceux qui croyaient que nous ne les voyions pas, ne les observions pas ; Ceux qui croyaient que tout leur était acquis ; Ceux qui croyaient s’approprier du régime de noix de palme comme des écureuils ; ceux qui croyaient et qui croient que le Président B. KOLELAS est déjà mort et qu’il faille déjà jouir des avantages et de l’héritage du Parti ; se partager son linceul comme le firent les juifs, quand ils assassinèrent Jésus ; se faire la part belle, s’accaparer des postes clefs de notre Parti en vue de les monnayer auprès du Maître corrupteur, j’ai cité Sassou Nguesso.

FAISONS LE BILAN DU PARTI DEPUIS LE RETOUR AU PAYS DE SON PRESIDENT.

C’est le moment de revenir sur les derniers changements intervenus au sein de notre Parti, depuis le retour au pays de notre ex leader, aujourd’hui excommunié, corrompu et traître. Le bilan est affligeant, consternant. C’est hallucinant, humiliant, avilissant de voir notre Parti descendre si bas et nos valeurs trahies de cette façon.
Les agités ont fait la promotion à l’imbécillité, à l’idiotie, à la nullité et continuent de mettre en exergue la politique de « busa busa initiée par le Père Fondateur et qui a été très négative, catastrophique et préjudiciable pour notre Région, notre Parti et notre Pays.
En effet, comment a-t-on pu imaginer à hisser au haut sommet de notre structure, notre Parti des imbéciles politiques qui ont mis à genoux, à Brazzaville comme à Paris nos valeurs intrinsèques. Ceux- là qui, depuis 1990, n’ont jamais su innover et n’ont jamais été capables de tenir une seule réunion pour faire leur propre bilan. Ils ont toujours fui les débats. Ils sont là à longueur des journées à bomber leur torse et venter qu’ils sont ceci, qu’ils sont cela.

Pour prendre l’exemple de Paris, cette ville que je connais bien et qui est mon fief, elle serait l’endroit où le Parti jouirait des plus grandes structures, mais comme depuis 1990, ne gravitent au sommet de ce Parti que des cultivateurs de vin de palme, incapables de réfléchir et d’innover, eh bien rien n’est fait. Ils sont là à longueur des journées pour dire sans prouver qu’ils sont de vrais leaders. Et comme pour la plupart, ce ne sont que des ramassis de crétins qui, pour leur docilité ont été nommés et non élus, des usurpateurs, des cuisiniers, des boulangers, des cultivateurs de vin de palme qui ne sont bons que dans leurs métiers, alors, ils sont incapables de créer et d’inventer ni même d’imaginer des utopies concrètes. La nullité étant passée par-là évidemment.
Regardez, sur les 43 membres qui composent et qui ont été hissés au sommet de notre Bureau politique, seuls 5 ou 8 méritent d’être là. Tous les autres sont de véritables charlatans, de simples prestidigitateurs qui ne savent même pas ce que veut dire : être membre du Bureau politique, et qu’est ce qu’on y fait ? Ils s’y retrouvent parce qu’ils croient qu’en politique, n’importe quel imbécile, peut y aller. Qu’on n’a pas besoin d’intelligence ( intelligence) pris ici dans tout son essence ? Que n’importe qui peut y aller évoluer allègrement sans rencontrer des embûches ? Mais Jean Pierre COT, le grand Professeur de Droit dit que : « cette science politique est une chose tellement sérieuse qu’il ne faille pas la laisser aux mains de n’importe quel imbécile ».

Il ne faut pas rabaisser la politique, notamment notre Bureau politique au niveau des aventuriers qui ne savent rien de la politique, parce qu’ils ne sont pas faits pour ça, mais pour autre chose. Des 43 membres ramassés et regroupés pour leur docilité au clan, et à la famille, ils ne peuvent rien apporter à notre Parti, à notre Région et à notre pays. Ce sont des nécessiteux qui croient vite aller s’enrichir à la politique et se retrouver comme ça au sommet d’un Parti comme le nôtre, il y a de quoi aller monnayer auprès de notre tyran et assassin du Congo. Le MCDDI a une histoire qui s’apparente à la région du Pool donc le bon fonctionnement de ce Parti est un grand vœu, une vertu et une condition sine qua nun de toute la région et non d’une famille ou d’un clan. Il faut qu’ils le sachent ceux qui ne l’ont jamais compris. Ceux qui se sont bombardés Dr, alors qu’ils ne sont pas des Médecins, c’est triste que les gens confondent tout. Mais qu’est ce qu’ils ont à démontrer ? Pourquoi se faire paraître ? Cachent-ils quelque chose (une nullité), une idiotie ? Ce n’est pas le Diplôme qui va changer le Parti, mais les hommes et les femmes capables et intelligents, politiquement et non les « matalana ».

Si tout le monde mettait en exergue ses diplômes, il n’y aurait que ça dans les Partis au Congo. Et je pense que tous ces gens qui se sont bombardés Dr, savent au moins de quoi ils parlent ?

Le Dr, est une appellation contrôlée des Médecins. Et non de n’importe quel diplômé universitaire. Les uns et les autres sont soit des juristes, des économistes, des psychologues, des mathématiciens parce qu’ils sont praticiens de ces domaines. Arrêtons de tourner au ridicule. Le Parti n’en en a pas besoin. Il a besoin des hommes et des femmes qui sont capables de transformer le sable en ciment, l’eau en pétrole etc...
Laissez le grade des Médecins aux Médecins, eux au moins font du bon travail puisqu’ils nous soignent et nous opèrent. Tentez d’être bon dans votre propre domaine celui dans lequel Dieu vous a destiné.

Il est aujourd’hui grand temps de remettre les pendules à l’heure politique du grand changement par de vrais hommes et femmes politiques capables de mener à bien ce qu’attendent nos militants. Il est grand temps d’arrêter à vouloir tromper le peuple du Pool et les militants du MCDDI. Et voilà qu’avec un culot déconcertant, on ose nous dire que ce Bureau politique, composé des arrivistes, des traîtres comme les Bouétoubassa et autres qui émargent au Ministère de la corruption, les Nkombo Matsiona qui sont restés les fidèles Pctistes, on sait tous les propos qu’il a tenus quand B. Kolélas était en exil. Aujourd’hui, pour mieux se moquer de lui, les voilà hissés au sommet de notre Parti. C’est un sacrilège, c’est une offense, c’est une injure, c’est un mépris.

Avec quel culot les analphabètes politiques, la bande d’escrocs, les praticiens du parricide ont réduit notre Parti au plus petit dénominateur ! Comment peut-on transformer des porteurs de sacs, des boulangers, des chauffeurs, des réparateurs de mobylettes, des maçons en éminents membres de Bureau politique d’un si grand Parti comme le nôtre. Comme s’il manquait des intelligences et des savants au Pool. Un Pool truffé des plus prestigieuses intelligences du pays ?

J’avoue me perdre dans ce comportement des aigris et des revanchards associés et qui pensent qu’ils peuvent nous faire avaler n’importe quoi. En tout cas, nous ne sommes pas prêts à nous « noyer dans n’importe quel crachat », et « nous faire boire l’eau par les narines. » Ils peuvent pratiquer leur parricide comme ils veulent, le Pool qui est toute ma force d’existence, n’acceptera jamais la dictée des bambins. Nous ne sommes pas encore au Congo K où en assassinant le père, le fils a pris le pouvoir. Nous au Pool, nous n’avons pas l’habitude de nous prosterner devant l’imbécillité. Si le héros est fatigué, usé et vaincu, il nous faut exiger la tenue d’un Congrès d’où sortiront les vrais dirigeants du MCDDI. Mais jamais, on ne peut nous imposer des arrivistes politiques, des crétins ramassés pour leur docilité.

Nous n’avions pas étudié pour se faire diriger par des analphabètes. Moi, MOUDILOU, fils de Diambaka Paul et de Nkatoukoulou Henriette, dis non. A chacun sa place. Le boulanger dans sa boulangerie, l’instituteur dans son école, le mécanicien dans son usine. Et le monde est fait ainsi. Personne n’est prêt à changer les règles préétablies par le Seigneur et le Dieu Tout Puissant. On ne défie pas Dieu. Gare à sa fougue, elle est foudroyante !

Nous n’avons pas l’estomac solide pour ingurgiter toute la poubelle de la boulangerie. Cette escroquerie politique que la bande des malfrats veut nous imposer, nous la rejetons en bloc. Ces gourous qui ont déjà commencé à nous excommunier, nous qui critiquant et parce qu’ils ne sont pas prêts à accepter la critique, parce que nous sommes des hommes et des femmes qui sachions discerner, ces faux prophètes nous poussent à resserrer les rangs. Comprenne qui pourra !

Ceux-là qui croient qu’ils sont plus malins que tout le monde et qui ont commencé à bomber leur petit torse ; Ceux-là qui sont compromis dans le sang de nos frères et sœurs du Pool pour leur traîtrise et leur collaboration : Sachez dès cet instant où nous publions cette note, que nous vous connaissons tous, que vous êtes sur notre collimateur, que nous vous surveillons et que nous ne pourrions plus vous laisser le temps et l’espace de nous nuire et de porter préjudice à notre environnement, notre région et notre Parti.

Que tous ceux-là qui, de façon grandiloquente, outrancière, arrogante et grossière percevaient des salaires ou des dividendes tout en étant en exil, vendaient les autres ; tous ces usurpateurs indélicats, ces malfrats qui croyaient nous prendre et finalement se sont fait prendre eux-mêmes dans leur propre piège, tous ceux qui pensent que les destinées de notre Parti leur sont acquises automatiquement de plein droit ; tous ceux-là qui se sont érigés un statut particulier en croyant que le MCDDI est la « chose « de leur père ; alors qu’elle est la propriété exclusive du Pool et par transitivité, du Congo.

Ils doivent réviser leur position et revoir à la baisse leurs ambitions néfastes. Que dorénavant nous ne nous laisserions pas noyer dans le crachat des bambins sans expérience politique aucune. Que nos militants n’accepteront plus leur parjure et leur escroquerie politique. Que nous ferons tout pour obtenir un Congrès d’où naîtront les vrais hommes et femmes politiques de talents, fidèles en nos valeurs du Parti, donc de la région phare et « locomotive du Congo ».

Ceux qui ont pratiqué le sacrilège, le blasphème, l’offense criminelle et le parricide avec la volonté manifeste de porter atteinte à nos valeurs intrinsèques, qu’ils sachent que le glaive de la vengeance s’abattra sur eux. Cette hérésie, nous ne voudrions plus la subir.
Mes Professeurs de Droit international et de Stratégie politique en développement à Paris V, Guy Fueur et Pascal Chaignaux nous disaient : « nous sommes tous embarqués dans un monde d’inter dépendance. Ou nous réussissions tous ou nous coulons tous. La mort de l’un entraînant celle de l’autre. Tout le monde doit se développer, même si ce n’est pas au même moment »

Fait à Paris le 14 juillet 2006.

A bon entendeur, salut !

Maître Tony Gilbert MOUDILOU

Membre du MCDDI,

Ancien Conseiller diplomatique du Président