On a fini par oublier que le Pool a une longue tradition de la résistance depuis Bouéta Mbongo, Mabiala ma Nganga, André Matsoua.

La vidéo sanglante ci-dessus circule actuellement sur les réseaux sociaux avec un nombre croissant de visiteurs assorti de commentaires ouvertement d’adhésion. Le document sans date relate une embuscade. La scène du crime est horrible. On y voit des blessés dans un état piteux. On remarque aussi des morts gisant au sol ou portés par des rescapés eux aussi dans un état préoccupant. Les survivants citent les noms et les grades des morts. On entend les blessés gémir en lingala.
« Ba zuwi minduki tout. »
« N’zambé ! Ô Jésus ! Ahhhhh ! Ba zuwi minduki tout ! Baninga ba kufi tout !
Ooooooh !Wapi Capitaine ? Wapi Capitaine ?
 ».

La légende indique que la scène de guerre a eu lieu dans la région du Pool, dans le district de Mindouli et serait l’œuvre des Nsilulu. Le Pool, c’est la zone où le gouvernement officiel dit traquer le Pasteur Ntoumi depuis le 4 avril 2016, date à laquelle ce dernier s’est retranché avec ses hommes dans les forêts de la région. Depuis, personne n’est capable de nous faire le bilan de la situation dans le département.

Premier constat : le violent guet-apens a été filmé. En tout cas ceux qui arrivent immédiatement sur les lieux déclenchent leur caméra selfie. Silence radio de Mpila sur l’embuscade : c’est le deuxième constat. L’Etat a les yeux tournés vers la Libye alors que ça brûle dans sa propre maison.

Zones d’ombre

Et c’est là que le document suscite quelque question car il y a beaucoup de zones d’ombre. L’hypothèse de la manipulation vient immédiatement à l’esprit. La manière de filmer fait « amateur », les plans sont inclinés, la camera bouge. Aucun grand plan sur l’environnement. Tout juste si on se fait une idée du lieu de l’agression ; il s’agit d’un corridor, l’artère non carrossable tient plus de la piste de brousse que d’une route cantonale : une vraie souricière. Ceux qui ont commis l’attaque semblent avoir bien calculé leur plan.

Qui filme et qui a publié le film de l’embuscade ? Une taupe ? Un infiltré ? Des soldats dépités par la guerre ? Car les faits ne sont pas à l’avantage de l’armée régulière. Or depuis le début de la guerre, celle-ci n’a été couverte par aucun correspondant de guerre. Le conflit dans le Pool se déroule sous le sceau du huis clos.

La caméra balaie la scène de guerre. Une voix off pose des questions à ceux qui viennent de vivre l’assaut de l’ennemi. Un rescapé explique l’ampleur des dégâts. Les survivants citent les noms et les grades des morts. On entend les blessés pousser des soupirs.

Mpila Brazzaville (TV Congo) ne dit mot sur cette perte d’hommes dans le Pool. Ce vendredi 27 janvier 2017, les Congolais ont plutôt droit au mini sommet sur la Libye ; en boucle.
Pour le moral des troupes, il n’est pas dans l’intérêt des FAC de crier la débâcle sur les toits. Avant, au début du conflit, on exposait des catafalques des soldats morts sur le grand boulevard des armées, à Brazzaville. C’est une époque aujourd’hui révolue. Désormais, on enterre en silence, un deuil national en conclave.

Revendications

L’attaque de Mindouli n’a pas été revendiquée par Ntoumi. De toute façon ce n’est pas dans les habitudes du Révérend d’utiliser cette stratégie de communication, de se réjouir des dégâts infligés à l’ennemi. En tout cas, Gaston Nitu Samba, représentant de Pasteur Ntoumi, sur Ziana TV (29 janvier 2017) ne revendique pas l’action militaire de Mindouli.

Problème : cette vidéo est-elle authentique ? Qui a fait le coup ? S’agit-il d’un plastron ? A qui profite le crime ?
Trois hypothèses : Soit le coup est l’œuvre des Nsilulu de Ntoumi ; soit il est orchestré par les cobras de Sassou eux-mêmes ; soit enfin Il s’agit d’une fausse attaque et ce sont des acteurs qui jouent des rôles, du plastron en bonne et due .
forme.

Décryptage

Vu l’expression linguistique de la colonne qui vient d’être attaquée, on suppose que ce sont des soldats de l’armée loyaliste. Mais les cobras n’ont pas le monopole du lingala. S’agit-il d’une attaque à la grenade comme le laisse croire un véhicule militaire qu’achève de dévorer les flammes ? L’attaque semble récente. Le champ de bataille fume encore. On dirait une mise en scène. Comme au cinéma.

Le cynisme de Sassou nous a tellement habitués à ce type de mise en scène macabre que plus rien ne surprend de la part de quelqu’un capable de transformer 8% en 60 %.

L’attaque est d’une très grande ampleur et les pertes humaines importantes. Rien de tel pour attiser la haine anti-Ntoumi, voire anti-Pool. On voudrait noircir l’adversaire qu’on ne s’y prendrait autrement. On voudrait aussi justifier la radicalisation du Pouvoir qu’on ne procèderait pas autrement.

Si l’attaque est réellement une signature de Ntoumi, ça prouve que le Pool n’est pas une promenade de santé pour les troupes loyalistes. Par conséquent Sassou a du souci à se faire quant à la suite de son programme politique, c’est-à-dire les législatives. No man’s land, le Pool risque d’être son Waterloo. Mais surtout il faut craindre des actions en représailles sur les civils. Les Allemands faisaient la même chose quand les Résistants portaient des coups fatals dans leurs rangs.

S’il s’agit d’une vraie attaque de Cobras contre leurs propres hommes, dans ce cas il y a de quoi s’inquiéter quant aux desseins profonds de l’Etat-major congolais.

Si c’est juste du cinéma, alors les cobras sont d’excellents comédiens.

Simon Mavoula