Lettre ouverte
Aux responsables politiques de la Likouala
Aux cadres et notables de la Likouala
Aux populations de la Likouala.

Nous, bureau de l’Association pour la Promotion et le Développement de la Likouala(APDL), réuni le 24 septembre 2005 à Paris, avons examiné, entre autres, la situation sociopolitique qui prévaut dans le département au lendemain de la célébration des festivités du 45 ème anniversaire de l’indépendance du Congo.

Nous nous félicitons de l’organisation des dites festivités dans le département de la Likouala.
Cependant, des sources diverses et convergentes font état des tensions qui règnent entre les différents responsables (cadres, notables, élus....) likoualiens et qui mettent à mal l’unité et la cohésion sociale du département.
Nous regrettons que les Likoualiens n’aient pas saisi cette occasion unique pour jeter les bases d’un véritable développement harmonieux et durable.

Notre département dispose en effet d’énormes atouts, de richesses importantes et variées, d’un capital humain qui auraient pu servir à cette fin.
Nous déplorons cependant, la misère économique et sociale qui demeure le trait dominant des populations locales, quarante cinq ans après l’indépendance nationale.
Pire encore, les élites ne pensent qu’à se déchirer autour de leurs intérêts personnels et égoïstes, au détriment de la population et de l’idéal du département et même de la nation tout entière.

L’APDL, dénonce avec vigueur :
- les pratiques mafieuses dans la gestion de la chose publique ;
- le népotisme dans l’attribution des marchés ;
- les intrigues et l’incompétence de certains opérateurs économiques et autres responsables politiques au sein du département ;
- toutes tentatives de remise en cause de l’unité du département.

L’APDL :

- appelle les différents opérateurs économiques ayant bénéficié des marchés du 45 ème anniversaire de l’indépendance nationale à terminer les chantiers pour lesquels ils ont reçu le financement ;
- exhorte les populations a plus de vigilance pour le suivi et l’achèvement des différents travaux engagés.
Appelle ceux qui ont des responsabilités dans le département et ailleurs :
- à travailler autrement dans la bonne gouvernance ;
- à cultiver la transparence comme mode de fonctionnement ;
- à privilégier l’intérêt collectif ;
- à l’arrêt de diverses intrigues et autres manœuvres qui pourfendent l’unité des likoualiens ;
- à l’unité du département au-delà de nos appartenances politiques, ethniques, religieuses, associatives,.......respectives.

Le département de la likouala ne peut se bâtir sur les règlements de compte. La likouala a besoin du génie de tous, gardons nous de l’oublier, il n’y a pas et n’y aura pas pour la likouala d’hommes
providentiels et irremplaçables ; veillons plutôt à ce que les compétences des uns et le lien privilégié des autres avec des décideurs politiques ou économiques servent notre département au lieu de l’enterrer.

Donnons une nouvelle chance à notre département pour lui assurer un véritable développement et un meilleur avenir.

Savoir surmonter les tensions internes ; s’adapter chaque fois aux exigences dictées par les contingences départementales voire nationales, telle doit être la voie à suivre pour tous ceux qui occupent l’espace public et ceux qui ambitionnent d’y jouer un rôle de premier plan tant au niveau départemental que national.

La likouala ne nous appartient pas, elle n’est la propriété de personne ; elle est le legs des générations passées et nous la devons aux générations futures.

Fait à Paris, le 24 septembre 2005

Le bureau de L’APDL


Par : impenda