Librairie-Galerie-Congo : paix à son âme !

La célèbre Librairie-Galerie-Congo, sise au 23 de la rue Vaneau dans le très chic septième arrondissement de Paris, se décline désormais au passé simple. Cet espace hautement culturel, git depuis quelque temps au cimetière des illusions perdues. Dans ces dernières années, la maison créée par Jean-Paul Pigasse n’a pas survécu à la médiocrité de ses nouveaux managers plus obsédés par les subventions faramineuses de l’Etat congolais que par la lumière des cultures africaines. Le triangle des Bermudes composé de Sylvain Mpili, Honoré Maba et Dieudonné Mbani (tous trois d’une même famille et éloignés du monde de la Culture) a aspiré dans les abysses la maison des Congolais, de tous les Congolais. Mais encore de tous ceux qui ont épousé les cultures africaines.

Le Salon du Livre approchant au galop, le Stand du Bassin du Congo sera, pour ainsi dire, absent à Paris Porte de Versailles. Et ce après des années de succès. La faute à une mauvaise gestion, tant financière que managériale. Du coup, les fidèles du Stand du Bassin du Congo iront se consoler sur le Stand de la Côte-d’Ivoire. Lot de consolation, toutefois, le Congo pourrait y être représenté dans un stand en minuscules de neuf mètres carrés, au lieu des trois-cents habituels. Quant à la Côte d’ivoire, elle occupera quatre-cents mètres carrés.

Mais le plus dramatique réside dans l’imagination grotesque du triangle des Bermudes, pire de la troïka. Oui, la bêtise est une chose qui semble infinie chez nos trois outsiders de la défunte Librairie-Galerie-Congo. Car pour eux la résurrection passe par des événements payants. Et quels évènements ? Un concert acoustique doublé de lectures soporifiques, le soir de la Saint Valentin, moyennant 12euros. Du temps des Carole Moine, Pauline Petesh et Marie Alfred Ngoma, une telle absurdité était impossible. Pour dire vrai, le trio Sylvain Mpili, Honoré Maba et Dieudonné Mbani illustre à lui seul l’orchestre du Titanic et, leur cupidité l’iceberg contre lequel vient se fracasser le mythique paquebot.

Ils sont à eux trois Neron jouant de la lyre alors que Rome brûle. Adieu chère Librairie !

Bedel Baouna