Au Congo beaucoup de personnes âgées demandent à leurs enfants de les emmener rapidement dans leurs villages à l’heure où ils sentent leur dernier souffle terrestre arriver. D’autres qui en ont les moyens se précipitent très rapidement dans les beaux hôpitaux européens, américains voire asiatiques pour gagner un sursis face à la grande faucheuse.

Il y a très peu, Stella OBASANDJO, l’épouse de qui l’on sait a tiré sa révérence dans un hôpital espagnol, des suites d’une opération (l’autopsie n’a pas encore révélé les causes exactes du décès). Malgré toute l’estime que je peux avoir pour ce brave homme (en dépit de sa gestion calamiteuse du dossier Togo), il a été le boss du Nigeria de 76 à 79, à la suite de l’assassinat du Général Mohamed MURTALA. Remettant le pouvoir à un élu, puis est redevenu le Boss après son élection en 1999. Combien d’hôpitaux en 9 ans de pouvoir ?

Mme Jacqueline KOLELAS qui a eu les honneurs de congopage depuis son décès est allée trépasser à Paris, faute de ce qu’il fallait à Bamako.

Ahmed SEKOU TOURE est allé mourir au Maroc. 21 ans après sa mort, Lansana CONTE qui voulait « désékoutouriser » va lui aussi se faire soigner sa leucémie au Maroc.

Ouari BOUMEDIENNE a clamsé à Moscou.

EYADEMA était déjà proche du ciel tant espéré quand il est passé de vie à trépas, dans le ciel libyen. Lui qui avait l’habitude d’aller se soigner les yeux à Milan, n’avait pas vu la déliquescence du système de santé de son pays.

L’an dernier, le très longtemps ministre OWONA et fidèle parmi les fidèles, qui sentant que ça n’allait plus du tout est allé à Vesoul, où il avait connu sa femme lors de ses études naguère. Pas de quartier non plus, dame nature l’a stoppé net.

Je me souviens de cet épisode cocasse où Pascal LISSOUBA allant visiter son oncle MOMBO au CHU s’est tapé toutes les marches des escaliers pour arriver à son étage. Why ? Parce qu’il n’ y avait pas d’ascenseurs en fonction. Certes, les marches c’est bon pour la santé, mais ces gens là préfèrent gravir celles du pouvoir et se fichent royalement de la santé. Comme d’autres domaines certes.
Même s’ils n’ont pas de dignité, ne peuvent-ils mettre sur pieds un digne programme de santé ?

Qu’ils essaient au moins de copier sur leur camarade CASTRO l’infidèle qui malgré une véritable tyrannie et une misère généreusement distribuée à sa populace a instauré l’un des meilleurs systèmes de santé au monde, que même certains occidentaux envient mais ne peuvent le clamer sur la place publique. Aujourd’hui, contre du pétrole très bon marché, CASTRO exporte des médecins vers le Vénézuéla qui en a tant besoin (la fille du Ché en fait même partie). Même sur le plan de la recherche, ils vont peut-être damer le pion aux occidentaux avec un vaccin contre le choléra (en très bonne voie) et un autre contre le paludisme qui nous tue plus que le SIDA en Afrique.

Depuis sa victoire militaire sur LISSOUBA, DSN a fait nommer comme DG de la santé Damase BOZONGO. Pour quels résultats ? Monsieur se pavane dans ses quatre 4*4 Rav4, entouré de gorilles pendant qu’Ebola et Cie font des ravages. Le dimanche, comme c’est à la mode, il est pasteur dans une Eglise dite de Réveil. Pour réveiller qui ? Cacique de l’UJSC (Union de la Jeunesse Socialiste (sic !) Congolaise) qui va oser le toucher face à son incompétence (ou sa paresse ?). Au bureau le matin (de quelle heure à quelle heure ?) et l’après midi dans les réunions de l’UJSC, on compte sur ce genre de mecs pour mettre en application la « Santé pour tous d’ici en l’an 2000 » ?

J’ai déjà évoqué sur ce site le cas du Dr Outel BONO, dynamique et brave DG de la santé au Tchad qui avec des moyens en tous points inférieurs à ceux du Congo-B (sauf peut-être en termes de ressources humaines) a abattu un travail formidable, avant d’être abattu très courageusement par la « mafiafrique » dans des circonstances encore mystérieuses. Sans parler des raisons.

Quand nos dirigeants vont-ils utiliser les Outel BONO que nous avons en ce moment, aussi bien en Afrique qu’ailleurs ? Je parle d’ailleurs car il y a une kyrielle de médecins congolais jeunes, qui vivent de boulots dits petits, en Europe comme au Maghreb. Certains sont même des officiers sortis de la fameuse ex-Ecole des Cadets de la Révolution.

A Makélékélé où, paraît-il, un jeune administrateur (un certain BASSINGA, corrigez moi si je me trompe) fait un boulot excellent, le guerrier Maurel KIHOUNDZOU (maire de l’arrondesement 1) va le provoquer en duel (qu’il perdra brillamment d’après les témoins) pour réclamer une sorte de « taxe » ; l’info passe à la TV, à la radio. La presse écrite en parle. Mais à part ça, les autorités ne remuent pas le petit doigt.

Un médecin congolais (plus de 60 ans aujourd’hui) qui a connu DSN à l’école est lui aussi rentré après la « libération » et des décennies en France. Il est aujourd’hui parmi les hauts fonctionnaires les mieux lotis cumulant un poste de conseiller auprès du prince, un poste de DG dans une grande structure. Pour le rencontrer, ce n’est pas compliqué, les rues de Poto-Poto et les jeunes filles qui monnayent leurs charmes connaissent son emploi du temps par cœur.

En 1991, on parlait de faire les états généraux de l’université. En févier 2006 on fêtera les 15 ans des débuts de la CNS. Ni ceux de l’université, ni ceux de la santé n’auront encore eu lieu. A part ça, nos parents pourront continuer à mourir au « CHTue » et les autres à Paris, Londres et Madrid.

Mayombe82