« Est-ce qu’une malédiction divine pèserait sur le Noir, malédiction qui en ferait un subalterne éternel ? »(Gaston Kelman)

On pensait que Jean-marie Le Pen avait le monopole du racisme anti-noir en France. On pensait que les discours racistes étaient réservés à des gens comme Philippe de Villiers, Bruno Golnich ou Bruno Maigret. Et pourtant ces derniers temps, on assiste à une agression régulière des intellectuels et politiques français de tout bord contre les Noirs.

Nicolas Sarkozy a été l’un des premiers à entrer en scène dans ce domaine. Ses propos sur le « Nettoyage au Karcher », la « Racaille » ou sur « la polygamie des Noirs » a ouvert la voie à un racisme d’élite qui était jusque là policé.

L’attitude des personnalités comme Alain Finkielkraut, Georges Frêche ou plus récemment de Pascal Sevran montre que la société française semble avoir un problème avec ses Noirs, plus qu’avec ses arabes, ses indiens ou ses chinois.

Alors pourquoi tant d’agressivité et de rejet du nègre en France ?

Il faut rechercher dans les stéréotypes sur les Noirs les raisons du racisme actuel des élites françaises. En réalité dans l’imaginaire occidental, le Noir n’est qu’un esclave, un colonisé, un moins que rien. Il est le chaînon manquant entre le singe et l’homme. Bref le Noir est un sous homme.

Quand il vit en Afrique, il ne peut pas s’en sortir sans l’aide internationale. Quand il vit en banlieue, il ne peut s’en sortir sans allocations. Le Noir reste donc pour l’occidental un éternel enfant qui imagine le monde comme un « forum de l’amitié où il faudrait qu’on l’aide. »

C’est partant de ces stéréotypes qu’Alain Finkielkraut s’en prend aux antillais en disant d’eux « qu’ils vivent aujourd’hui de l’assistance de la métropole. »

Georges Frêche trouve inadmissible que des Noirs français soient meilleurs que des blancs dans le football alors que ce jeu a été inventé en occident. Sacrilège ! Quelle honte pour les blancs !

Pascal Sevran utilise le stéréotype sur le supposé sexe hypertrophié des Noirs qui renvoie comme le dirait Gaston Kelman à l’atrophie d’un autre organe plus fondamental pour l’humain : le cerveau

En réalité la survivance de ces stéréotypes et leur résurgence au sein de l’élite française est la conséquence de la traite négrière et de la colonisation mais aussi et surtout de l’état catastrophique de l’Afrique d’aujourd’hui. Quarante ans après les indépendances, connaissez-vous un pays d’Afrique Noire qui soit sorti de la misère et de la pauvreté ?

Dans quel état est la République d’Haïti, première République noire ?

Regardez les chefs d’états des pays africains. Ils sont toujours prompts à piller leurs pays au détriment de leurs concitoyens ; L’un d’eux a même construit un monument de 15 millions d’euros à la gloire de son colonisateur, renforçant le stéréotype qui est fait aux Noirs « d’une atrophie de leurs méninges. »

Bref dans le monde occidental on ne respecte une race différente de la sienne que par la puissance des pays dont elle est originaire. Si l’élite française ne s’en prend pas aux yeux bridés des asiatiques, c’est parce que l’Asie est devenue un continent qui compte. Si elle ressemblait à l’Afrique, elle subirait le même dédain que les Noirs aujourd’hui.

Pour que le noir se fasse respecter, il faudra qu’il prenne ses responsabilités en unifiant ses efforts pour l’édification d’une nouvelle Afrique, riche prospère et solidaire.

Tant que les leaders Noirs ne sortiront pas de leur ‘mendicité actuelle’ en développant leur pays économiquement, la diaspora Noire en France sera sujette de la part des élites de ce pays, à des propos insultant sa dignité d’être humain.

Kovalin Tchibinda

Mail : [email protected]

Blog :http://kovalin.oldiblog.com


Par : Kovalin TCHIBINDA