Je pense que nous devons nous arrêter un moment et essayer de regarder les problèmes sociaux auxquels les congolaises et congolais font face. Le sous-développement de notre pays est aussi mental car il y a certaines pratiques qui ne devraient plus exister dans nos pays en ce 21ème siècle.

Cher (es) compatriotes congolais,

Je suis un congolais vivant présentement à l’étranger depuis quelques années. Lorsque je suis les actualités relatives à mon cher Congo, je réalise que tout est centralisé sur la politique et la course au pouvoir avec des politiciens qui veulent noyer les autres.

Je pense que nous devons nous arrêter un moment et essayer de regarder les problèmes sociaux auxquels les congolaises et congolais font face. Le sous-développement de notre pays est aussi mental car il y a certaines pratiques qui ne devraient plus exister dans nos pays en ce 21ème siècle.

Depuis les guerres du Congo dont j’ai été victime jusqu’à être réfugié, j’avais décidé de ne plus faire attention au Congo et à tous ceux qui dirigent ce pays mais ; avec les jours qui passent je réalise que ne rien dire ou se désister pour son pays est vraiment nier son identité.

Bref, je vais droit au but de mon intervention.

Depuis quelques années, j’apprends toujours qu’au Congo il y a des familles qui mettent dehors les veuves et les orphelins après le décès d’un de leur membre qui fut époux et père de ces derniers.
Cette situation me transperce le cœur et me met mal à l’aise. Je suis triste de réaliser que je suis citoyen d’un pays où malgré la présence de la justice et de toute cette liste de ministères, l’injustice et la barbarie règnent encore.

Je me demande si le Congo est ce pays que Thomas Hobbes qualifiait d’<<État de nature>> où les gens vivent comme des animaux, encore là, ces pratiques sont loin des animaux.

À mon humble avis, les congolais doivent cesser de tuer leurs proches pour espérer en retour l’héritage. Je crois que le gouvernement doit amener la population à réaliser que l’homme doit se nourrir à la sueur de son front et que <>.

Tant que le point sur l’héritage des biens ne sera pas discipliné au Congo, les gens continueront à exercer le comportement de Caïn de la bible envers leurs proches parents.

Je ne sais pas si vous pouvez réaliser ce que ça fait de voir une femme qui a investi toute sa vie avec un homme et qui a même travaillé fort pour le bien être de ses enfants qui après la mort de son mari se retrouve dehors à cause des loups qui veulent l’héritage et vous savez mieux que moi que plusieurs familles se sont déchirées au Congo à cause de cette pratique.

Ah ! si les morts revenaient en vie.

Le Congo est pour moi une terre bénie par Dieu et nous, peuple congolais et le gouvernement devrons travailler fort pour éradiquer certaines pratiques criminelles.

Proposition au gouvernement congolais.

En tant que citoyen congolais jouissant de tous mes droits, je veux faire une proposition au gouvernement congolais que les ministres pourraient aborder lors du prochain conseil des ministres.

Voici ma proposition :

Que le gouvernement mette en place un organisme qui sera là pour aider les familles qui vivent ce genre de situation. L’organisme devrait travailler avec le ministère de la justice en recueillant les plaintes des victimes et faire un suivi pour chaque dossier. Soit en envoyant des émissaires se rassurer de la situation et ensuite convoquer les personnes concernées. Les contrevenants devraient être traduit en justice et subir des peines d’emprisonnement.

Le gouvernement devrait demander aux congolais de rédiger les testaments pendant leur vivant et désigner leurs héritiers.

Etant dans un pays où plusieurs personne ne savent pas écrire, l’organisme qui sera mis en place devrait avoir au moins un bureau dans toutes les villes et district afin d’aider les gens qui ne savent pas écrire à la rédaction des testaments.

Ma prière est que la justice au Congo serve aux citoyens. Sachant que tout le monde ne peut pas se payer un avocat, le gouvernement devrait utiliser ses avocats pour défendre les causes réelles des citoyens.

Je me sens léger en déballant ce fardeau que j’avais pour des gens qui vivent ces pratiques.

Si notre pays ne peut pas respecter la veuve et l’orphelin, nous serons toujours loin de voir la bénédiction de Dieu.

Si j’ai utilisé des propos durs dans ce document, je m’en excuse mais ; je souhaite que les congolais soient sensibles aux besoins des autres et regardent les intérêts de tous.

Ceux qui veulent me répondre peuvent m’écrire à [email protected]

P.S : Que celui qui peut transmettre cette au président Sassou ou membre de son gouvernement le fasse avec joie s’il vous plait.

Fraternellement, Moi.


Par : Fils du pays