Sassou-Nguesso : amnistie en trompe l’oeil

« On peut tromper tout le peuple une partie du temps et une partie du peuple tout le temps...mais pas tout le peuple tout le temps » (Abraham Lincoln)

Sassou avait dit que j’attends qu’il s’essouffle dans leur exil doré, je les accueillerais un à un. Des aboiements du ministre de l’information de Sassou on a entendu que c’est nous qui déciderons de la période et des circonstances de la rentrée de Kolélas.

Au moment où au PCT les remous du palais occasionnent un TOTO TIRE NANA entre les conservateurs et les refondateurs, le Gourou de Mpila, féru des tactiques, manipule à sa guise les partis et leur leaders. L’impression que cela donne est que quand le PCT est grippé, c’est Lissouba ou Kolélas qui tousse.

Hé oui, l’histoire se répète car qui a bu boira. Si Kolélas avait été corrompu dans sa vie, il le sera toute sa vie. Ce maudit de Tata Bernard est un piètre homme politique, facilement manipulable et qui n’a aucune chance de gouverner notre Pays. Il porte en lui des signes non trompeur : le voici ici à la mangeoire du Gourou de Mpila. La « Mangeocratie » fait doucement son chemin.

C’est connu de tous, le Professeur Makouta Boukou est à Brazzaville comme éclaireur, le silence béat de Kolélas sur le procès du Beach montrait déjà sa démarcation sur les autres opposants sur la façon de rentrer au bercail.

L’une des conditions cruciales pour être candidat à l’élection présidentielle, selon l’actuelle constitution congolaise, est de ne pas avoir plus de 70 ans . Or Bernard Kolélas aura plus de 70 ans en 2009. par conséquent, il ne pourra prétendre à la présidence de la République. Que ces fans le comprennent bien ! Sassou n’amendera pas les textes pour lui faire la part belle.

Comme par hasard, la mort de Mâ Goudi apparaît comme une aubaine pour masquer leur plan démoniaque avec le roi de Mpila "Sassou Nguesso", pour les postes comme Président du Haut Conseil pour la Réconciliation et la Reconstruction pour une paix durable au Congo, Maire de Brazzaville ou encore Président du Groupe URD-PCT. Ah BENO !!!!!!

En adoptant la politique basse, le voilà encore plus dangereux que jamais, il se démarque une cohorte des innocents contraints l’asile à la foi politique et économique en Afrique, en France et partout dans le monde entier. Que Deviendront-ils ? Au moment où certains terminent leur exode aux portes de l’Europe, d’autres sont en cachette permanente pour éviter le brasier Sarkosyien.

Il sera contraint d’accepter le poste de Maire de Brazzaville, ou du Présidium du comité de réconciliation ou du retour des exilés.

Ses hypothétiques retour à Brazzaville ne sont que mascarades. Voilà l’homme qui a toujours peur des sangsues (mitoudias), n’hésite pas à aller baigner dans une marre d’eau stagnante et remplie du sang des innocents morts.

L’homme vient confirmer qu’il constitue le microbe qui rend purifiante cette plaie gangreneuse qui empêche notre pays de marcher sur droit chemin de la vertu républicaine. Il a toujours tué le Congo, le voilà encore en action. Sa cupidité et sa légèreté vont faire encore plus de mal au peuple Congolais que les guerres de 1959, 1993, 1997, 1998 et de 2000. C’est lui qui disait à ses ninjas de ne pas s’allier aux cocoyes, « ka tu sandi ceder, n’est-ce pas ? », il l’a fait lui-même sans gène avec Lissouba. C’est lui par ces déclarations intempestives, a occasionné la mort du Colonel Ngoma. Où est donc le sérieux ?

BON DIEU, que fais-tu là haut ? Pour quelles raisons permets-tu que cette descendance démoniaque faite de cleptomanes, d’assassins et de fous joyeux déciment parviennent à mettre à genoux tes siens ? Veux-tu qu’ils meurent à la manière de Mobutu, d’Abacha et d’Eyadema ? Mais Zacouba, ils sont en train de pondre les œufs par qui sortiront des vermillons excités, prêt à mordre tes oins ou à voler notre pays, ou encore à comploter pour l’appauvrissement de nos populations.

Au moment où nous allons recevoir la dépouille de Mâ Ngoudi, j’exhorte tout le peuple congolais de prier véritablement que cette « paix noire » ne remporte pas sur la VERITABLE PAIX que nous recherchons tous.

Rien d’étonnant le politique congolais est représentatif d’un ego omnipotent, doublé d’une démagogie qui a bien fonctionné jusqu’à présent : le fétichisme traditionaliste, le fétichisme tradi-moderne de l’homme des masses, et le fétichisme scientifico-mystifiant du professeur ont contribué à pervertir la dimension ethno-tribale socle incontournable de la dynamique du fonctionnement de l’idéologie des partis dans lesquels ont à masserer l’inconscient collectif congolais.

Nous devons faire un travail de réhabilitation des véritables enjeux et besoins de ce pays à la dérive. Tous les congolais conscients doivent prendre historiquement leur responsabilité. Organisons nous de grâce, il n’y a de richesse que l’homme. Le Congolais est la solution des maux qui mine notre société.

Si la versatilité de Kolélas est ici toujours prouvé. Lissouba dans un contexte nouveau d’exercice du pouvoir, au lendemain de la conférence nationale, a actualisé les vieilles méthodes de gouvernance du PCT, en demandant à ce même Kolélas d’encourager le processus démocratique ? Il a fait le lit du retour au pouvoir de Sassou, responsable de loin de notre misère.

Hé oui au moment où Lissouba casse l’UPADS et nous envoie Makita pour venir tendre la main à Sassou et repartir avec des pétrodollars, Kolélas négociant depuis toujours de sa venue, veut à tout prix un poste à Brazzaville, au risque de céder la vedette à autre malade du Pool ou alors pour ne pas lui faire la part belle lors des élections dans le Pool.

Cessons d’espérer sur ces personnalités qui ont fait la preuve de leur incompétence . Incarnons une nouvelle génération qui ne prend pas modèle sur ces vieux, mais qui repense la façon de faire la politique. Il ne faut pas critiquer un politique pour faire l’apologie d’un autre en sous-main tout en cultivant au passage le tribalisme.

A moins que les jeunes générations, conscientes des errements de leurs aînés, manifestent leur refus de tomber dans ce piège rétrograde et nauséabond des faucons de la politique congolaise. Qu’ils décident de faire de la politique autrement, en défiant publiquement les principaux chefs de clans dont Sassou, Lissouba, Kolélas, Yhombi et leurs lieutenants, des hommes auxquels il est urgent d’indiquer où se trouve la porte de sortie, sinon de les traduire devant les tribunaux pour leurs nombreux méfaits.

Souvent nous pêchons soit c’est par ignorance, ou soit en faisant semblant. L’on ne peut pas soigner une rage de dent, en se coupant les ongles. Dites-nous alors, pourquoi encenser Sassou ou Kolélas ou alors Lissouba et Yhombi ? Le MCCDI semble perdre pied, le feu vert et aide financière de SASSOU à KOLELAS donnent le tournis aux militants de MBOUTA MOUNTOU. Après la déception, c’est l’inquiétude. Certes, il est indéniable que la dépouille de Mâ NGOUDI rentre au bercail. Pour plusieurs spécialistes de la politique congolaise, cela ne suffit pas à expliquer que KOLELAS perde politiquement le pied. La crise est profonde. Le positionnement, tant politiquement que stratégiquement du MCDDI engagé en catimini depuis fort longtemps expliquerait le silence de son leader au cours du procès sur les disparus du beach.

Pourquoi d’habitude lorsque quelqu’un d’autre va avec SASSOU, il y a crime de lèse majesté, lorsque cette trahison vient de KOUMBI DZILA c’est de l’action de grâce ?

Dans ses actions politiques, KOLELAS ne met pas en avant l’intérêt général du Congo, ni même l’intérêt régional du Pool, mais son propre intérêt personnel. C’est honteux !.

Enfin, c’est le manque de savoir, de savoir faire et être, en plus du manque de scrupules, de fierté personnelle et nationale des hommes se disant d’Etat de chez nous, qui s’obstinent à se vautrer dans le crime, la bêtise, incapables de corriger leur nature et de l’adapter aux nouvelles réalités de progrès auxquelles tous les peuples sont confrontés, qui est la cause de la perte du Congo.

Le pompier pyromane en autorisant le retour de Kolélas, vient de faire des morts à Bacongo un jour avant l’arrivée du corps de Mâ NGoudi. Pis encore, ce pompier vient de boucler toute la zone de l’aéroport Maya Maya. Il est interdit de circuler ce Vendredi 14 Octobre 2005 à partir de 18h dans une certaine zone jusqu’à Bacongo, du genre mini couvre feu. Les populations sont encore traumatisées. Et pourtant, sous les auspices du Très Haut, Trois fois Grand, des serments ont été scellés ; aussi vrai que M. Sassou se veut un Initié, un mystique, croit aux lois et forces cosmiques, lui prions de bien vouloir se ressaisir et de protéger l’orphelin et la veuve, le peuple contre la violence de ses forces : c’est la trahison des Serments.

Ici à Bacongo, nous sommes devenus des prisonniers de Kolélas et Sassou. Si seulement Kolélas avait des conseillers, ils devraient déconseillé Kolélas de rentrer dans l’anus du pompier pyromane du Congo. Mais comme ils sont tenus par le BOUKOUTAGE, nous voilà au point de départ. La présence de Michel Mampouya à Paris deux jours avant la levée de corps, en dit déjà beaucoup concernant l’alliance MCDDI - PCT . La course à la soupe est lancée.

Paix Profonde à notre Mâ NGOUDI !

BACONGO, le 14 Octobre 2005

Guy Nzaba et le Vieux Malonga

Collectif des Jeunes Congolais


Par : Anonyme