email
Majeur 7

*Dominique Wédi Kuntima* 1931-1972 (Trompettiste)

Photo: Wédi Kuntima, alias Willy Mbémbé en accord parfait avec l’air du temps

*Dominique Wédi Kuntima*
1931-1972
(Trompettiste)

Il nous a quittés le 11 février 1972 suite à un accident de circulation. Figure icônique et incontournable de la trompette dans la musique congolaise, Dominique Wédi Kuntima, alias Willy Mbémbé, naquit le 31 juillet 1931 à Léopoldville (Kinshasa) et fit ses études à l’École Moyenne de Sona Pangu dans le Bas-Congo.

Relevé de carrière

1950 : Doté d’un talent inné pour la musique, Emmanuel Tshilumba Balozi alias Tino Baroza lui offre sa première trompette à Matadi, provoquant son destin. Willy fait preuve d’une grande maîtrise de son instrument et attire l’attention d’Antoine Kasongo qui l’intègre dans les rangs de son ensemble instrumental Odéon Kinois en tournée à Matadi, ville portuaire. Il partage désormais sa journée entre vie professionnelle dans une société maritime et musique.

1956 : Willy abandonne sa vie professionnelle pour se consacrer à sa carrière musicale. Il intègre l’orchestre OK-JAZZ aux éditions Loningisa de Papadimitriou.

1957 : Willy rejoint l’African-Jazz de Joseph Kabasellé sous label Esengo de Dino Antoniopoulos.

1958 : Bel homme, élégant, soigné et charmant, Willy est emprisonné arbitrairement pour une jeune belge de 17 ans. Il accueille quelques temps plus tard dans son univers singulier Franco Luambo, incarcéré pour infraction au code de la route. Libéré, Franco Luambo compose "Mobembo ya Franco na wélé", chanté par deux inconnus, Pascal Tabu dit Rochereau et Joseph Mulamba alias Mujos.
« Willy na Franco di é Aïe makila mabé oo, o, o, o » peut-on relever ("Willy et Franco, les malchanceux !").

Au gré des soubresauts de l’African-Jazz

1959 : L’orchestre « African-Jazz » connaît sa première dislocation. Joseph Kabasellé et Roger Izéidi sont désavoués par le reste de l’effectif. À son élargissement, Willy
rejoint les dissidents regroupés au sein de « l’African-Jazz » Aile Nico.
1961 : Réconciliation des sociétaires de « l’African-Jazz » au mois d’août cette année-là, qui accueillent une semaine plus tard à Léopoldville, venant de Bruxelles, Manu Dibango. Alors commence l’épopée de « l’African-Jazz », formation "Mokili mobimba" (l’universel), l’orchestre de tous les superlatifs où le dépassement de soi dans la recherche du beau servait de ligne de conduite. Willy y étale toute sa virtuosité, en solo ou en duettiste avec Joseph Mingiédi alias Jeff.

1963 : Courant mois de juin, deuxième dislocation de l’African-Jazz. Joseph Kabasellé est abandonné même par Roger Izéidi qui rejoint la jacquerie pour créer l’orchestre African-Fiesta sous la direction de Nico Kasanda, dans la continuité artistique de l’œuvre de « l’African-Jazz. » Willy marque de son empreinte instrumentale les grands succès de « l’African-Fiesta. »

1965 : Dislocation de « l’African-Fiesta », actant en décembre la séparation de Nico Kasanda et Tabu Rochereau qui a marqué pendant très longtemps le cours de la musique congolaise. Nico, Déchaud, Kwamy, Mizélé, Mingiédi, Fracasseur créent l’African-Fiesta Sukisa, tandis que Rochereau, Roger, Willy, Faugus Izéidi, Kaya Depuisssant, Willy, optent pour la dénomination African-Fiesta National 66. Willy en sera le chef d’orchestre sous ses diverses déclinaisons postérieures, African-Fiesta National Le Peuple, Afrisa International (après le passage à l’Olympia de Paris) et enfin « Afrisa », jusqu’à sa mort.

Le plus grand trompettiste de la musique congolaise

Avec son jeu aux couleurs vives ou pastel, tantôt impétueux, tantôt éthéré, Willy demeure un monumental innovateur. Jusqu’au bout, le génie de ce grand admirateur de Louis Satchmo Armstrong aura rendu plus beau, plus intense et excitant, tout ce dont il s’emparait. Il aura nourri les sonorités de son instrument d’un large spêctre, plus que ne le fît aucun de ses contemporains. Willy est plus que jamais vivant et présent dans la musique congolaise.

Audifax BEMBA

Laissez un commentaire
Les commentaires sont ouverts à tous. Ils font l'objet d'une modération après publication. Ils seront publiés dans leur intégralité ou supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte.

Recevez nos alertes

Recevez chaque matin dans votre boite mail, un condensé de l’actualité pour ne rien manquer.