Devant un jury composé de l’ancien Ministre Français, Hervé DE CHARETTE, de Jean Claude BESSY Maitre de conférence à l’Université de Lyon III, de Hervé DIAZ, Président Groupe Ecole de commerce de Lyon, de Mohamed ZIADI, Professeur émérite, de Yolande MOUGINOT, Professeure de Biologie, experte pharmacopée, de Driss GUERRAOUI, Professeur en sciences sociales ; L’écrivain-chercheur congolais, le Dr Michel Innocent Peya a obtenu avec succès son PhD (appellation internationale du Doctorat qui désigne également les formations de niveau Bac+8 dispensées dans certaines grandes écoles), sujet porté sur le management de l’environnement et le développement durable et précisément sur le thème «  La biodiversité dans le bassin du Congo. Enjeux et perspectives pour comprendre et agir  », sous la direction de Jean Paul Joubert, Professeur des universités émérite.

Cette thèse vient s’ajouter à celle antérieurement soutenue à "The American Order Of international Experts de la Pennsylvanie aux USA" sanctionné par un doctorat d’expertise en "Global Ecology" avec un jury présidé par le Docteur Bel G. RAGGAD, sur le thème " Impact de la crise écologique mondiale sur la biodiversité dans le bassin versant du Congo de 2013 à Juin 2020". Cette thèse lui conférant le titre d’expert de l’ordre des Experts internationaux.

On rappelle que cette thèse du Phd du Dr Michel Innocent Peya intervient deux ans après son obtention d’un D.E.S.S (diplôme d’études supérieures spécialisées) à l’Institut Européen de Hautes études Economiques et de Communications à Bruxelles en Belgique sur le thème : "Le Fonds Bleu pour la protection du bassin du Congo dans la lutte contre le réchauffement climatique mondial ".

L’écrivain chercheur congolais s’est soumis à l’examen oral de sa thèse durant lequel il a exposé avec luxe et détails, et avec une clarté biblique, ses travaux de recherche devant un jury de spécialistes.

Au regard de la qualité et de l’originalité même de la thématique choisie pour cette soutenance, Michel Innocent Peya, a défendu avec dévouement un travail de recherche minutieusement fouillé, ce qui lui a valu la mention très honorable.

L’essentiel de la thèse !

Véritable étude sectorielle qui se propose de mettre en lumière les aspects liés à la gestion de la biodiversité dans le bassin du Congo face à la menace persistante de l’extinction des espèces rares et protégées, cette thèse soulève une problématique planétaire au regard de la place particulière et du rôle du bassin du Congo dans la régulation des grands équilibres environnementaux aujourd’hui dans le monde et dans le développement durable plus particulièrement.

Menée de façon loyale et portée par une documentation très fouillée, cette thèse de Michel Innocent Peya qui tire des enseignements très importants pour ce projet à la fois planétaire, mais porté par l’Afrique, met en lumière la volonté nécessaire d’accompagner le Fonds Bleu pour le bassin du Congo, deuxième poumon de la planète après l’Amazonie, initié par le Président congolais, Denis Sassou N’Guesso, le leader écolo visionnaire, afin que la communauté internationale s’engage résolument en offrant les moyens financiers, technologiques et manageriels pour réaliser les objectifs futurs de ce projet.

A travers ce grand travail de recherche, l’Ambassadeur des Droits et Devoirs de l’humanité et de l’Environnement qui écume les forums, les conférences… pour faire changer les mentalités et promouvoir la vision écologique du Président congolais, Denis Sassou N’Guesso, veut faire de l’Economie bleue un véritable levier d’avenir pour mettre le développement au service du climat en général et de la biodiversité en particulier.

L’avantage de cette thèse, outre ses éléments extrêmement importants pour la problématique de la biodiversité, c’est qu’elle met également en relief d’autres nouvelles pistes importantes mettant ainsi l’homme au centre des préoccupations de cet écodéveloppement futur et nécessaire. Il met aussi en musique le rôle du partenariat sud-sud.

La thèse de Michel Innocent Peya a mérité toutes les félicitations de tous les membres du jury.

Un diplôme de plus qui jalonne son curriculum vitae en cette fin d’année difficile liée à la crise sanitaire et une très bonne nouvelle pour le Congo, l’Afrique et ses dirigeants qui profiteront de sa plus grande expertise dans le domaine de l’environnement.

Caroline DUPUIS