Du 27 avril au 1er mai 2006, le Salon International du Livre et de la Presse de Genève (Suisse)a fêté son 20e anniversaire. Par la même occasion aux mêmes dates et au même endroit, le Salon Africain du Livre, de la Presse et de la Culture, a vu sa troisième édition.

Pour l’histoire, ce Salon qui a fêté cette année ses 20 ans d’existence est né en 1987 de l’initiative et de l’intuition de Pierre-Marcel Favre. Cet événement de la littérature francophone connaît un succès grandissant grâce à la diversité de ses exposants qui varient chaque année. Depuis son ouverture, le Salon de Genève a reçu la visite de plus de 2 millions de personnes.

Le Salon du livre et de la presse de Genève englobe le Salon de l’étudiant, Europ’ART, le Salon de la musique et le Salon africain. L’Algérie en a été l’hôte d’honneur de cette année.

Le thème principal du Salon Africain du Livre, de la Presse et de la Culture, a été : « Afrique, connaissance et reconnaissance ».

Comme chaque année, le « Prix Ahmadou Kourouma » a été décerné à Koffi Kwahulé (Côte d’Ivoire) pour son roman « Babyface » paru aux Editions Gallimard. Ce prix est doté d’une somme de 5 000 CHF et il récompense une œuvre (essai ou fiction) portant sur l’Afrique noire et s’inscrivant dans l’héritage de Kourouma. Cette œuvre est jugée sur son esprit d’indépendance, de lucidité et de clairvoyance. Le jury de cette année était composé de J.Chevrier (président) Beïdi Chikhi, Tanella Boni (lauréate 2005), R. B. Fonkua, D. Gnammankou, Calixthe Beyala.

Francine Gahimbare (Studio Ijambo de Bujumbura, Burundi) a reçu le « Prix suisse des radios du sud » pour l’émission intitulée « Statut du président à l’expiration de ses fonctions et fixation du régime des indemnités des parlementaires en fin de mandat » http://www.radios-sud.ch

La grande fête du livre, de la presse et de la culture a connu la participation de nombreux écrivains et journalistes : André Brink (Afrique du Sud), Marie-Chatry Komareck (Allemagne), Colette Braeckman (Belgique), Parfait Bayala (Burkina-Faso), Eugène Ebodé, François Nkémé, Odile Biyidi-Awala Tobner (Cameroun), Alain Mabanckou (R.Congo), Bernard Magnier, Alain Ricard, Anne-Cécile Robert (France), Cheick Omar Sissoko, Ousmane Diara (Mali), M’Barek Ould Beyrouk(Mauritanie), Nafissatou Dia Diouf, Boubacar Boris Diop, Aminata Niang Diène (Sénégal), Nuruddin Farah (Somalie), Koulsy Lamko (Tchad).

Les débats, les discussions et les entretiens ont portés sur les œuvres des auteurs, l’éducation et les langues africaines, l’identité africaine et les langues, la littérature africaine et son histoire, culture et pauvreté, la bande dessinée en Afrique, l’édition en Afrique, la coédition, les limites de l’actualité africaine faite par les médias européens.

Depuis le Salon africain, vous lirez très prochainement les entretiens avec Alain Mabanckou (auteur congolais), Bernard Magnier (Editeur, qui rentre du Congo), Marie-Chatry Komareck ( pédagogue, milite pour l’emploi des langues maternelles à l’école).

Blanchard Alice