Activiste et lanceuse d’alerte, Sanellie Tamba-tamba a donné son opinion sur le rôle de la diaspora.

Les cadres de la diaspora

Pour notre famille politique, il ne s’agit pas ici de structurer ni de politiser la Diaspora : ce sont des citoyens congolais d’horizons divers dont les attentes peuvent être politiques (parti politique), culturelles, économiques et sociales (ONG, Association savante). Dans ces différents cadres la diaspora peut utilement jouer un rôle concernant le développement du pays, le cas échéant pour aider à remédier à la résorption de la crise en mobilisant leurs connaissances, leurs compétences, leurs expériences, leurs réseaux et leurs relations pour un soutien et une assistance aussi bien pendant et après la crise.

Bonne gouvernance

Tout cela n’est possible que si le pays entre dans une gouvernance compatible avec les conditions susceptibles d’engager le pays dans la voie du développement.
Structurer une diaspora suppose que le pays soit lui-même bien structuré, que les institutions soient capables de s’occuper des affaires de tous, pour décider et gérer les affaires communes, agir contre les tyrannies, les dictatures, les conditionnements de toutes sortes, pour garantir les valeurs politiques fondamentales : liberté égalité, fraternité.

Cette Diaspora ne pourra être structurée que lorsque le peuple congolais dans son ensemble retrouvera sa souveraineté.
Elle ne doit d’ailleurs pas être structurée mais devrait s’auto structurer si les conditions de bonne gouvernance sont remplies.

Pour en venir à mes attentes politiques, je suis une citoyenne congolaise interpellée, au même titre que tous les Congolais, par la nécessité d’apporter sa pierre à la construction nationale et à la défense du bien commun. Malheureusement, je constate, à la fois pour des raisons objectives autant que subjectives, que notre cher pays le Congo végète, abandonné à sa triste réalité.

Déficit d’amour

La situation actuelle de mon pays me désespère. Il est facile de constater que le Congo vit un déficit d’amour criard de la part de ses ressortissants. Or, sans amour, il ne saurait se développer de processus conséquent susceptible de favoriser et de promouvoir l’unité et l’union des forces motrices.

Là où il n y a pas d’amour se développe fatalement l’exclusion dans un contexte qui conduit à la vacuité du patriotisme. Devant ce désastre, j’ai choisi de m’engager en politique pour contribuer à l’éveil des consciences et pour œuvrer à l’émergence d’un patriotisme citoyen, seul capable de garantir une gouvernance démocratique et une alternance politiques assumées.

Vote à l’étranger

A propos, la possibilité de voter dans son pays d’origine depuis un pays d’accueil ne coule pas de source pour les personnes migrantes et leurs descendants.
La plupart des pays africains permettent aujourd’hui à leurs résidents à l’étranger de participer aux élections.
Les personnes migrantes jouent actuellement un rôle de plus en plus important dans les équilibres politiques de leurs pays d’origine.

Recensement

Il faudrait, pour cela, commencer par recenser les quelques milliers d’expatriés répartis dans les cinq continents qui ont, également, leur « mots à dire » sur les élections générales, que ce soit au niveau local, régional ou national.
Les conditions doivent être réunies en amont par :
- Un recensement exhaustif,
- Une bonne maitrise du fichier électoral,
- Une bonne gouvernance électorale,
- Des élections justes et transparentes.

Etant donné la situation de crise que connait notre pays, la résorption de celle-ci passe par la convocation d’une seconde conférence nationale souveraine. Celle-ci permettra de rétablir le peuple dans ses attributs de souveraineté et de promouvoir les conditions de l’avènement au Congo.

La mise en place d’un ministère ou de la teneur de votre rencontre avec l’ambassadeur Rodolphe Adada.

C’était un entretien avec le représentant attitré du pouvoir de Brazzaville en France. Une entrevue empreinte de cordialité qui nous a permis de lui remettre une lettre tenant lieu de mémorandum à l’attention des autorités de Brazzaville.
Nous en espérons une suite favorable.

Propos organisés par Thierry Oko