Le Ministre du Domaine Foncier, Pierre Mabiala, défie Antoinette Sassou

jeudi 26 juillet 2012
  • Pierre Mabiala a toujours foncé pour le foncier

Pierre Mabiala, Ministre du Domaine Foncier, a défié Antoinette Sassou -épouse de Sassou-Nguesso - indirectement. Voici comment.

Il existe une société X-Oil dont la spécialité est de vendre du carburant à la pompe. Voilà que le marchand d’essence, X-OIL, s’est mis en tête de s’approprier illégalement le Centre Sportif de Makélékélé pour s’y implanter après démolition des lieux. Mme Sassou, actionnaire de la compagnie X-Oil, aurait été, du coup, en porte-à-faux avec la loi régissant le Domaine Foncier. Madame la Présidente tombait sous le coup de l’occupation illégale du sol, délit puni par les lois de la République dirigée par son mari.

Pas de quoi fouetter un chat ; en effet, assurés d’être impunis, au Congo, le respect du plan d’occupation du sol (POS) est le cadet des soucis de nos amis du Chemin d’Avenir dont la philosophie a pour... essence : s’enrichir aux dépens du peuple par tous les moyens.

Malheureusement, défigurer le paysage, en marchant sur le bien et l’intérêt publics, ne semble pas du goût de la population, à plus forte raison lorsqu’il existe déjà, dans ce quartier de Makélékélé, deux stations-service à deux cents mètres l’une de l’autre. Résultat : colère du ministre Pierre Mabiala.

Pierre distribue des pierres

Au moment de démarrer les travaux de démolition/construction par les squatters, au moment de commettre l’irréparable, le ministre Pierre Mabiala, n’écoutant que sa conscience, débarque, comme à son habitude, muni d’un mégaphone. Le ministre invite alors les riverains de venir se servir en sable, caillasse, gravier, ciment appartenant à Antoinette Sassou et Cie. Les habitants du quartier ne se font pas prier, gouvernés par ce sentiment très agréable de "voler des voleurs" ou de se venger des bandits. Pierre a distribué des pierres à ceux qui n’en possèdent pas, blessant, au passage, l’amour-propre de la femme du chef, chef du contestable projet.

Bravo Pierre, tu es comme ton homonyme biblique : tu détiens les clef de la liberté. Sur cette pierre on bâtira l’égalité des classes.

Certes, Pierre Mabiala n’est pas exempt de reproches. Parfois, il frappe les faibles, comme dans cette scène à Talangaï où ce colosse manqua étouffer un citoyen en l’immobilisant avec une clé-boa parce que ce dernier lui avait produit un titre de propriété douteux. Mais ce coup-ci, en "catchant" un individu résidant à l’étage supérieur du pouvoir, en boxant quelqu’un capable de se défendre, il a fait un geste fort. Il a défié la 1ère Dame, Antoinette Sassou. Que celui qui a déjà eu autant de culot au gouvernement jette à Mabiala la première pierre !

Diables-Noirs

Pourquoi occuper un complexe sportif dans un quartier déficitaire en structures socio-culturelles ? Rappelons que le complexe sportif de Makélékélé est un lieu symbolique des amoureux du football : Les Diables-Noirs s’y entrainaient jadis.

D’où vient X-OIL ? Une société américaine ? Encouragé par sa puissante actionnaire, X-OIL a mis l’huile sur le feu en s’attaquant à un lieu hautement symbolique de l’identité urbaine des quartiers Sud de Brazzaville, une partie de la ville oubliée par la politique dite "municipalisation accélérée". C’était sans compter avec la détermination du ministre Pierre Mabiala, réputé monter au créneau pour dénouer les litiges fonciers. Ce Robin des Bois du gouvernement a mis fin, à sa manière, au curieux projet émanant d’un clan ( les Nguesso) réputé insatiable et boulimique sur le chapitre de la spéculation immobilière, notamment sur le registre des biens meubles et immeubles mal acquis.

Une passion

Le ministre Pierre Mabiala a fait du Domaine Foncier une passion. En témoigne son intervention à un colloque sur le sujet à Kinshasa en RDC cette semaine. Son exposé sur les problèmes liés au Droit Foncier au Congo-Brazzaville a retenu l’attention d’un auditoire composé également de participants étrangers venus débattre de l’épineuse question de la terre dans la capitale kinoise. On ne rappellera jamais assez que les guerres commencent par des querelles liées à la terre. Violer le droit de la terre, c’est comme vider un bidon d’essence sur une étincelle. Avec sa station d’essence qu’elle veut implanter dans un quartier qui ne lui est pas acquis, Anto se doute bien qu’elle joue avec le feu. Alors pourquoi brandir des allumettes devant un produit social inflammable ? Folie ou dessein délibéré de provoquer ? Pour l’instant Pierre Mabiala a réussi, à sa manière, de fermer l’oléoduc de la contestation socio-urbaine.

A ce jour, personne ne sait de quelle manière va riposter une Antoinette Sassou frustrée et obligée de croiser le fer avec un employé de son époux, un employé qui l’a regardée, droit dans les yeux, sans complexe.

at





Copyright © 2009 Congopage.com. Tous droits reserves | Designed by Richard Songo