Cher(e)s Compatriotes,

Notre pays, Le Congo-Brazzaville, traverse la période la plus sombre de son histoire. L’année 2016 s’est achevée dans la désolation après le hold-up électoral du 20 mars 2016 perpétré par le régime mafieux d’OYO coopté par la Mafia françafricaine.

En plus des malheurs infligés au peuple congolais, le dictateur SASSOU NGUESSO et sa bande décident de s’enfoncer dans les erreurs. En effet, ce clan d’OYO vient de se réunir clandestinement afin d’organiser au cours des prochains jours ou semaines, un procès avec pour seul objectif de faire condamner le Général Jean Marie Michel MOKOKO, vainqueur des élections du 20 mars 2016, à 4 ou 10 ans de prison ferme.

Nous vous rappelons que le régime de Denis SASSOU NGUESSO est marqué par le mépris notoire de l’espèce humaine et la destruction du pays. Après avoir géré le Congo-Brazzaville comme une quincaillerie familiale pendant plus de trois décennies, notre pays est actuellement en ruine et en faillite.

Ce régime clanique, encouragé par une bande d’intellectuels corrompus et de fanatiques analphabètes pensait que tout le monde était corruptible. Mais le récent séjour aux USA du dictateur a prouvé que les mœurs n’étaient pas souples partout.

Les membres de ce clan doivent se garder d’avoir la mémoire courte. Ils savent comment les régimes de leurs semblables ont pris fin, de façon tragique, à savoir ceux de Samuel DOE, Adolf HITLER, Nicolae CEAUSESCU...

En s’enfonçant dans des actes criminels, ils doivent savoir qu’ils ne rendent pas service à leurs enfants et petits-enfants.

Ne pensez-vous pas que le mal que font SASSOU NGUESSO et sa famille aux populations du Nord et du Sud risquera d’engendrer un génocide dans notre pays ?

Cependant, s’il arrive quoi que ce soit au Général du peuple ou aux prisonniers
politiques de fait, ils seront tenus pour responsables. Justice sera faite. « Les choses ont leurs saisons », dixit un proverbe chinois. Ce régime se trompe d’époque en pensant qu’ils pouvaient conserver ce pouvoir par le glaive nu.

Nous congolais de la diaspora, ne prônons pas la violence. Nous sommes des hommes de paix, comme l’est d’ailleurs Le Général Jean Marie Michel MOKOKO.

Ayant récolté 8% des voix aux suffrages exprimés le 20 mars dernier, Denis SASSOU
NGUESSO doit dégager du pouvoir, et laisser le vainqueur, Le Général Jean Marie Michel MOKOKO et l’opposition républicaine, remettre ce pays en ordre de marche. Il n’y a aucune base juridique à organiser un procès selon les règles de L’Art.

Le dossier du Général Jean Marie Michel MOKOKO étant vide, nous demandons sa
libération immédiate et inconditionnelle, de même que celle des autres prisonniers politiques.

Que l’année 2017 arme les congolais de courage et de constance pour vaincre ce régime qui nous a tant endeuillé.

Vive L’opposition Congolaise Républicaine Vive Le Général Jean Marie Michel MOKOKO, Vive Le Congo-Brazzaville.

  Le Cercle de réflexion « L’AUBE » des Congolais de L’Etranger
 Président du Cercle, Docteur Thierry-Paul IFOUNDZA