Nous ne pouvons pas parler de Démocratisation et enjeux politiques en Afrique sans penser à la mémoire de François-Xavier Verschave. L’hommage mérité par ce militant et écrivain hors pair voudrait répondre au souhait exprimé par beaucoup de ceux qui l’ont connu. Il est placé sous le signe de l’amitié et beaucoup plus sous celui de la gratitude.

Hommage à François-Xavier VERSCHAVE

Communication au colloque Démocratisation et enjeux politiques en Afrique, Paris le 10 septembre 2005.

JPEG - 14.2 ko
François-Xavier Verschave dressa un tableau noir de la Françafrique

Nous ne pouvons pas parler de Démocratisation et enjeux politiques en Afrique sans penser à la mémoire de François-Xavier Verschave. L’hommage mérité par ce militant et écrivain hors pair voudrait répondre au souhait exprimé par beaucoup de ceux qui l’ont connu. Il est placé sous le signe de l’amitié et beaucoup plus sous celui de la gratitude.

Lors d’un entretien avec François-Xavier Verschave, je me souviens d’une réflexion qui m’est restée et qui m’a édifiée. A ma question : « qu’est ce que les africains peuvent et doivent faire pour soutenir votre action », il m’avait répondu :

"La question c’est pas ce que ce que les africains peuvent faire pour nous. Nous pensons que quelque part ce système opprime et est indigne. Ce qui nous parait juste c’est que chacun balaie devant sa porte. (...) Car ce n’est pas à nous de dire qu’est ce qui faudrait comme mécanisme de légitimité politique pour le bien commun ou de reconstruction économique dans tel ou tel pays d’Afrique. (...) Ce que nous pouvons faire, c’est lutter pour qu’on n’empêche pas ces réponses d’émerger " .

Qui est ce personnage qui a fait trembler les dictateurs africains à travers sa plume poignante ?

1- Eléments biographiques :

Né à Lille le 28 octobre 1945, François-Xavier Verschave est décédé à Villeurbanne le 29 juin 2005. Economiste de formation, il était depuis 1983 le responsable des questions d’économie, d’emploi et d’innovation sociale à la Mairie de Saint-Fons, une commune de la banlieue lyonnaise. Il était marié et père de trois enfants.

Membre fondateur de l’association SURVIE qu’il présidait depuis 1995, François-Xavier Verschave était également directeur de publication de la lettre mensuelle de l’association : Billets d’Afrique et d’ailleurs...

Spécialiste des relations franco-africaines, François-Xavier Verschave a notamment forgé et décrit le concept de « Françafrique », ce volet occulte de la politique de la France en Afrique. Ses deux principaux ouvrages sur la question, La Françafrique (éditions Stock, Paris, 1999) et Noir silence (Les Arènes, Paris, 2000), sont devenus des références. Ce dernier lui a valu un procès pour offense à chefs d’Etat étrangers qui a finalement légitimé son travail puisque Bongo, Debby et Sassou avaient été débouté par le Tribunal correctionnel de Paris. François-Xavier Verschave a été déclaré non coupable, compte tenu du « sérieux des investigations effectuées » .

Il a également fourni un important travail de recherche sur le concept de Biens Publics à l’Echelle Mondiale. François-Xavier Verschave coordonnait également la rédaction des Dossiers Noirs de la politique africaine de la France, publiés par SURVIE et AGIR ICI, aux éditions l’Harmattan puis Agone. Il était l’auteur ou le co-auteur d’une vingtaine d’ouvrages.

2- Bibliographie :

Nord-Sud : de l’aide au contrat. Pour un développement équitable, 1991, Syros, 1991, 243 p.

L’aide publique au développement, avec Anne-Sophie BOISGALLAIS, 1994, Syros, 150 p.

Libres leçons de Braudel. Passerelles pour une société non excluante, 1994, Syros, 221 p.

Complicité de génocide ? La politique de la France au Rwanda, 1994, La Découverte, 178 p.

La Françafrique : Le plus long scandale de la République, 1999, Stock, Paris, 380 p.

Noir silence, Qui arrêtera la Françafrique ? 2000, Les Arènes, Paris, 595 p.

Noir procès : offense à chefs d’Etat, 2001, Les Arènes, Paris, 382 p.

Noir Chirac, 2002, Les Arènes, Paris, 310 p.
De la Françafrique à la Mafiafrique, 2004, Tribord, 70 p.

Au mépris des peuples : Le néocolonialisme franco-africain, entretien avec Philippe Hauser, 2004, La Fabrique, 120 p.

"L’envers de la dette. Criminalité politique et économique au Congo-Brazza et en Angola", Dossier noir de la politique africaine de la France n° 16, 2001, Agone, Paris, 225 p.

"Les Pillards de la forêt. Exploitations criminelles en Afrique", Dossier noir de la politique africaine de la France n° 17, avec Arnaud Labrousse, 2002, Agone, Paris, 192 p.

La santé mondiale entre racket et bien public, collectif, 2004, éditions Charles Léopold Meyer, 346 p.

L’horreur qui nous prend au visage : L’Etat français et le génocide, Rapport de la Commission d’enquête citoyenne sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsi au Rwanda, avec Laure Coret, 2005, Karthala, Paris, 586 p.

Négrophobie, avec Odile Tobner et Boubacar Boris Diop, 2005, Les Arènes, Paris, 200 p.


Par Alain KOUNZILAT, Directeur de publication de la revue Nouvelles Congolaises