Le père Dominique Adam, curé de la paroisse St-François-de-Sales Nice, a basé son homélie sur des passages très agricoles de Marc, notamment la parabole du Semeur.

La première lecture a été également verdoyante avec le symbole du Cèdre, arbre qui pousse au Liban, en Palestine, terres christiques s’il en était. Dieu peut retourner le cèdre dans tous les sens, dit le psalmiste. En clair Il peut nous élever, nous abaisser. Que ceux qui ont des oreilles entendent. Puis le curé de St-Roch a associé à la parabole de la semence celle du Bon Samaritain qui recèle comme tous les sermons de Jésus plusieurs niveaux de sens. La parabole a permis à Père Adam de plonger dans une certaine actualité liée aux migrants. L’assemblée a naturellement pensé à l’Aquarius, bateau abandonné à son triste sort par l’Occident comme l’homme grièvement blessé des Ecritures auquel un prêtre, pressé d’aller au Temple, et un passant, refusent de porter assistance dans sa détresse.

La Chorale des deux Rives a animé la messe ordinaire de ce dimanche 17 juin 2018 dite par père Adam dont le prêche, disons-le, pourrait être élargi à toutes les situations d’indifférence dans le monde, notamment en Afrique et, pourquoi pas, au Congo, pays qu’il a appris à connaître et à aimer à force d’écouter les cantiques kongo et lari.

Histoire

Basée à Nice, la Chorale congolaise existe depuis une vingtaine d’années. Fondée dans la rue Smolett (quartier du port) par Annick Nkounkou, feue Yvette Malanda, Lucette Mouangassa-Watoukoula, Raymonde Dello, Bernadine Dicket, la chorale, comme les graines de la parabole, a poussé sur un bon terrain. Mais, depuis cette période, beaucoup d’eau a coulé sous le viaduc. La semence a réellement poussé en 1997 à l’occasion d’une messe d’action de grâce pour la paix au Congo célébrée à l’église St-Etienne (Nice Centre). A cette période la présidence était assurée par Valentin Mouanfoulou et la direction spirituelle par feu Père Florent Bakeludi. La chorale doit son nom à Michel Pambou par allusion à Sony Labou Tan Si, l’écrivain des deux Rives (d’après l’ouvrage de Michel Dévesa)

Aujourd’hui la chorale compte une vingtaine de membres qui aimeraient intégrer en leur sein d’autres nationalités. La chorale des 2 Rives donne à la communauté africaine de Nice un motif de fierté légitime et, son apport interculturel est apprécié dans la paroisse et, bien entendu, au sommet des instances de la ville de Nice.

Prochaine performance dimanche 24 juin 2018 à l’occasion de l’ordination de Père Gabriel (RDC) à l’église Bon Voyage à Nice.

Liste alphabétique des membres :
Lina Badila
Yasmina d’Espezel Bendjama
Gustave Bimbou
Pépin Le Blanc Kimbangui
Sandrine Malanda
Elie Mbemba
Samuel et Eudoxie Mbemba
Lolita Mouangassa
Jean-Pierre et Fernande Nkodia
Annick Nkounkou
Hortense Tansion
Nelly Tansion
Bienvenu et Lucette Watoukoula

Collaboration

Après Gervais Niangouna, la chorale bénéficie des arrangements harmoniques de Luc Diambaka et du soutien moral de Julien Bakoula, Benjamin Bilombot Bitadys, Richard Bakoula, Euloge Tansion, Jean-Luc et Charlotte Malékat, Régis Malanda, Marcel et Madeleine Touanga, Gérard et Thérèse Biyoundoudi.

Les 2 Rives animent mariages, baptêmes etc.

Contact : Samuel Mbemba 0650038964

Simon Mavoula

JPEG
JPEG
JPEG
JPEG
JPEG
JPEG