L’édition 2020 de la journée internationale de la femme au Congo, est célébrée ce 8 mars 2020 sur le thème : LA CHARTE MAISON DE LA FEMME A KINTELE
En effet, après le lancement réussi de la Maison de la Femme à Kintélé le 17 janvier 2020 à Paris, ambassade de la République du Congo, en présence de la délégation du Conseil municipal de la Commune de Kintélé envoyée par la députée maire, Stella Mensah Sassou Nguesso, l’écrivain-juriste Richard Ossoma-Lesmois, a présenté la CHARTE MAISON DE LA FEMME depuis la ville de Lens.

La Charte, un ensemble de préceptes regroupés en 7 articles, et un préambule, rappelant les destinataires de l’établissement public social et culturel, Maison de la Femme à Kintélé ainsi que le respect et la prise en compte de la place de la femme dans la réalisation des programmes collectifs d’amélioration de la vie au Congo-Brazzaville comme au reste de l’Afrique.

Sur le plateau d’une chaîne thématique lensoise, LOOS TV, le plateau de Brigitte LEVAT, présentatrice, elle-même auteure intéressée à l’actualité au Congo-Brazzaville, impliquée dans quelques plans d’actions humanitaires aux bénéfices des populations de Nkayi et des personnes âgées dans la maison de retraite de Mfilou, le sujet marquant fermait le ban sur un regard vers un avenir féminin au Congo-Brazzaville.
Place aux femmes en pareilles célébrations, la première à prendre la parole, Wils Bérangine Bonghale, directrice de l’agence le Rocher Communication Paris, Représentante France-Europe de Maison de la femme à Kintélé.

L’aide à la formation aux métiers du tertiaire et l’accompagnement des femmes à différents métiers du quotidien pour en alléger la pénibilité préoccupe madame la Directrice dans les futurs ateliers de formation de la Médiathèque et le bureau d’écoute du Pôle associatif de la Maison de la Femme à Kintélé.

La Charte hisse la femme en élément vecteur de la paix au Congo-Brazzaville pour engendrer une nouvelle conscience du Congolais. Ce dernier personnage, est trop enclin à développer le vice contre les vertus intrinsèques garanties par la mise en œuvre des règles républicaines du vivre-ensemble et l’action des pouvoirs publics envers la satisfaction de l’intérêt général.
Clément Ossinondé