Le 16 décembre 2013, alors que Sassou massacrait avec une rare hargne les partisans de Marcel Ntsourou, il s’est passé quelque chose de nouveau dans le comportement de la foule brazavilloise face au danger de mort. En effet, le centre-ville de Brazzaville, zone de tous les dangers en cas de crise militaire, a fait l’objet d’une évacuation autorégulée dont le déroulement (tout en douceur) en dit désormais long sur les représentations de la peur chez les Congolais.

Le constat est remarquable : le type congolais maîtrise mieux ses émotions quand sa sécurité est menacée.

Vidéo

Les balles qui sifflent, les obus qui explosent, les cobras armés juqu’aux dents sont autant de paramètres psychologiques qui ne nourrissent plus la peur sous le Congo de Sassou. Témoin : la vidéo d’amateur de l’évacuation du centre-ville de Brazzaville, alors que Sassou bombarde la résidence de M. Ntsourou, qui est visible sur Zenga-Mambu. Le document montre des comportements inédits. On a le sentiment d’une scène de rue ordinaire comme on en voit dans n’importe quelle métropole africaine. Quelqu’un vous aurait dit qu’à deux kilomètres de là, à vol d’oiseau, des obus pleuvaient, des cadavres jonchaient le sol, on parlerait de canular. Et pourtant c’est le cas, ce 16 décembre 2013 à Brazzaville.

Baisse de la psychose

Le Congolais ne flippe plus (grelotter de peur) pour un oui pour un non. A l’inverse du 5 juin 1997 où ça fuyait tous azimuts (quand Sassou déclencha son meurtrier coup d’Etat contre Lissouba), le 16 décembre 2013, le comportement des Brazzavillois semble indiquer une baisse d’intensité quant à la psychose de mourir d’une balle ou d’un éclat d’obus. On sent une domestication de la peur.

Pendant que le 5 juin 1997 ou le 18 décembre 1999 ça courrait dans tous les sens, le 16 décembre 2013, c’est dans un calme plus ou moins maîtrisé que les brazzavillois ont évacué le centre-ville. Les Brazzavillois, toutes classes d’âges (femmes, hommes, enfants des écoles) et toutes catégories sociales confondues (bureaucrates, ouvriers, commerçants, élèves, étudiants badauds etc.) ont affiché un self-control inouï en s’éloignant tranquillement de la zone à risques où Sassou était en train de commettre une de ses nombreuses boucheries (dont il a le secret) chez son ancien pote, Ntsourou. La vidéo montre que chez le Congolais, à force d’avoir côtoyé le pire, en trente ans de règne sassouiste, le calme a pris le dessus sur la panique. Rien à voir avec l’effroi qui se lit sur le visage des habitants de Pompéi (dans l’Antiquité) lorsque le volcan Etna se réveille et détruit la ville.

La scène de la fuite est filmée grâce au Smartphone d’un anonyme, ce qui élimine l’hypothèse de toute manipulation comme sait le faire Télé-Congo. Bien qu’on note une gestion de la panique une voix off (probablement celle du cameraman amateur ) s’étonne en lingala : « Pourquoi fuyez-vous ? Du calme voyons, ne courrez pas ! » - La voix continue : «  Ne détalez pas. Ce n’est rien. Allez, pas de panique… ». Une autre voix off ironise : «  Courir pour si peu ! Qu’est-ce que ça va être en 2016 ?  ». Il va de soi que le commentateur fait allusion à la probable crise politique que ne manquera pas de provoquer Sassou s’il modifie sa Constitution pour être Président à vie.

Bref, la peur/panique ne semble plus le pain quotidien des Brazzavillois malgré tous les Pompéi qu’ils ont vécus. A force de fabriquer des volcans politiques , Sassou a fini par habituer ses compatriotes. A force de crier au loup, Sassou a fini par diminuer la peur du loup chez les Congolais.

Calme sur la ville

Pas d’embouteillages dans les rues de Brazzaville ce 16 décembre 2013 bien que dans les airs, les hélicos pilotés par des ukrainiens, pilonnent la résidence de Ntsourou.

En principe la stratégie des dictateurs consiste à diffuser la peur sur le peuple pour mieux le soumettre. Les mauvaises langues disent que le déploiement de forces du 16/12/13 symbolisait une sorte de « message fort » de Sassou adressé à quiconque voudrait toucher à son pouvoir. Manifestement ce machiavélisme made in Oyo ne prend plus trop chez les Brazzavillois. Le chien de Mpila aboie, la caravane du peuple passe.

Le 15 août 1963

En 1963, alors que Youlou est aux abois, les Brazzavillois de Bacongo et Poto-Poto convergèrent tous vers le Palais. On voit que, jadis, le comportement de la foule était centripète (convergence de la périphérie vers le centre). Mais beaucoup de « crises » plus tard, c’est désormais l’inverse. Au moindre coup de pétard, la foule quitte le centre pour trouver refuge à la périphérie, voire plus loin, dans les forêts. Le comportement des Brazzavillois passe pour « centrifuge » (éloignement du centre vers la périphérie) depuis que Sassou est aux commandes de L’Etat.

Toutefois rien ne dit qu’un de ces quatre la circulation de la foule ne se fera pas dans le sens faubourgs/Palais ; de la périphérie vers le centre. Comme à la chute de Youlou, le 15 août 1963 lorsque la foule se lança vers le Palais.

En vérité la peur quitte peu à peu les esprits. L’heure viendra (et elle est déjà venue) où tous ceux qui ne veulent plus subir les atrocités du 16/12/13 « inverseront le mouvement » en l’orientant de la périphérie vers le centre, de Poto-Poto/Bacongo vers le Palais du Plateau, c’est-à-dire de l’esclavage vers la liberté.

« Il n’est rien au monde d’aussi puissant qu’une idée dont l’heure est venue. » (Victor Hugo)

http://www.zenga-mambu.com/fiche.php?id=4210