Congolaises, Congolais,

Chers Compatriotes,

En ma qualité de président de L’Association Actions pour le Congo-Brazzaville avec Jean Marie Michel MOKOKO-France (en sigle ACB-J3M-France) et par le pouvoir que j’en ai reçu, je me permets de vous adresser mes vœux de nouvel an.

Comme la précédente, l’année 2018 s’achève dans la désolation. Pour l’immense majorité d’entre vous, elle a été une rude épreuve, conséquence de la mauvaise gouvernance du régime de Denis SASSOU NGUESSO. Le régime dictatorial de Denis Sassou Nguesso a poursuivi sans vergogne, sa politique d’avilissement des congolais. Certains de nos compatriotes, frères, sœurs, n’ont d’ailleurs pas survécu à cette épreuve comme en témoignent de nombreuses veillées mortuaires dans vos quartiers respectifs. Ils tombent un à un, par manque de soins médicaux, de conditions de vie déplorables, de malnutrition, des assassinats politiques, etc. Vous êtes livrés à vous-mêmes dans l’indifférence totale de la communauté internationale.

Nul n’est lieu de rappeler que notre pays, le Congo-Brazzaville est aujourd’hui frappé par la crise la plus sévère de son histoire. Initialement politique ou institutionnelle, cette crise est vite devenue sociale, économique, sécuritaire, humanitaire, menaçant même l’existence de notre pays. La situation socio-politique et économique est d’autant plus préoccupante que le président autoproclamé D. Sassou Nguesso, reste totalement amnésique et surtout insensible aux maux dont vous souffrez.

Dans son discours à la nation, prononcé devant ses nominés et valets de l’assemblée nationale, D. Sassou Nguesso a donné l’image d’un homme sans convictions, sans vision et en fin de règne. Le général D. Sassou Nguesso s’est livré à un exercice d’autosatisfaction sur son incompétence à la tête du pays depuis plus de trois décennies. Il reste indifférent à votre quotidien, au chaos qui s’est installé au Congo et dont il est le maître d’œuvre. Pendant ce temps, lui et sa famille vivent dans l’opulence. C’est un homme totalement déconnecté de la réalité et qui vient de livrer un message anachronique.

Réuni en séance extraordinaire le 30 décembre 2018, le Bureau Exécutif de L’association ACB-J3M a été profondément indigné d’entendre le président autoproclamé se vanter de son dispositif institutionnel issu de la modification illégale en octobre 2015, pour s’accrocher au pouvoir à vie. Je dirai donc à D. Sassou Nguesso que votre dispositif institutionnel, antisocial et criminogène, a engendré le chaos dans le pays.

D. SASSOU NGUESSO a violé la charte de l’Union Africaine sur la gouvernance et la démocratie. Cette violation a entrainé de graves conséquences sur la vie politique : les populations sont muselées, des hommes et des femmes croupissent toujours en prison pour des opinions politiques. Le Congo est devenu une prison à ciel ouvert. Quelle honte pour L’Afrique !
De quels progrès en matière de démocratie et de gouvernance, Sassou Nguesso peut-il se vanter ? Nous savons bien que tous les indicateurs des droits de l’homme et des libertés fondamentales sont au rouge, comme en attestent les récents rapports de la ligue internationale des droits de l’homme et du département d’Etat Américain.

Sassou Nguesso se vante de la séparation des pouvoirs politique et judiciaire ? Mais que dire des procès contre le Général J.M.M. MOKOKO et les autres prisonniers politiques tenus cette année à Brazzaville ? Ne reflètent-ils pas l’emprise de votre pouvoir tyrannique sur la justice ? L’ACB-J3M exige de D. Sassou Nguesso un minimum de probité intellectuelle. Il doit arrêter de divertir les congolais.

Chers compatriotes, dans son discours de fin d’année, truffé de propos mensongers, Sassou Nguesso, promet de créer des emplois jeunes, de développer l’agriculture, de développer les infrastructures routières, d’électrifier le Congo ! Nous avons eu l’impression d’un homme qui court derrière le temps. Mais la question que nous nous posons est la suivante : quel projet viable a-t-il réalisé en trente-cinq ans de pouvoir alors que le Congo n’a jamais été aussi riche pendant son règne ? Le Congo est classé quatrième producteur de pétrole en Afrique. Son sous-sol regorge de minerais. Sassou Nguesso peut-il nous expliquer où est passé l’argent des générations futures ? Avec de telles richesses nationales, comment peut-on expliquer qu’un congolais vit avec moins d’un dollar et vingt-cinq cents par jour ?

Pendant plus de trois décennies, Sassou Nguesso a été incapable de créer des conditions propices au développement du secteur privé, au climat des affaires, incapable de créer des emplois. Il n’a cessé de détruire ce qui était en place. Le général Sassou Nguesso doit savoir que les entreprises privées ont besoin pour se développer ou s’implanter au Congo, d’un État fort, des garanties juridiques. Pourquoi n’y a-t-il pas ces garanties à ce jour ?

Voilà qu’il se réveille avec des promesses non tenues des années 80, d’autosuffisance alimentaire ! Les congolais ont donc été surpris par le discours déconcertant d’un homme qui a ruiné le pays durant trente-cinq ans de pouvoir absolu !

Chers compatriotes, aujourd’hui, vous manquez de tout. Vous n’avez pas d’eau potable alors que le Congo-Brazzaville est l’un des pays les plus arrosés au monde entourés par plusieurs cours d’eau. Vous n’avez pas d’électricité alors que le pays est situé dans une zone équatoriale avec un ensoleillement durant toute l’année. Vous n’avez plus d’écoles pour l’éducation de vos enfants, nos enfants. Les enfants n’ont pas de tables bancs alors que les ressources forestières sont immenses. Vous n’avez plus d’hôpitaux. Des fonctionnaires de l’État accusent plusieurs mois de salaires impayés, de même que des étudiants qui ne reçoivent plus leurs bourses et les retraités sans pensions. Les quelques entreprises publiques et privées, se ferment les unes après les autres. Faute de moyens financiers, l’unique université du Congo a fermé ses portes.

La dette extérieure du Congo est à plus de 240% du PIB, une dette insoutenable, à l’origine de la méfiance de nos partenaires, à savoir le Fonds Monétaire International (FMI), la banque mondiale et bien d’autres institutions internationales.

Par quel miracle Sassou Nguesso compte opérer pour faire du Congo un pays émergent ? De quel avenir radieux parle-t-il ? Pourquoi Sassou Nguesso peut-il être cynique jusqu’à ce point ?
Chers compatriotes, la situation socio-sanitaire n’augure pas un avenir meilleur comme le fait croire Sassou Nguesso. Comment explique-t-il la baisse drastique de l’espérance de vie des congolais entre les années 80 et maintenant ? Comment explique-t-il que 500 congolais meurent quotidiennement depuis le début de ce nième mandat ? Pourquoi chaque jour, au petit matin, plusieurs dizaines de cadavres sont évacués de la morgue du CHU de Brazzaville à l’abri des regards indiscrets ? N’est-ce pas là une ruse pour détourner l’attention de la population sur le nombre réel des décès ? J’aimerais dire à Sassou Nguesso que ce nombre de morts devient insupportable !

Incapable de mener des projets viables, le tyran D. Sassou Nguesso s’est livré tout au long de son règne, à des inaugurations des fontaines d’eau, des pistes cyclables, de la construction d’un abattoir familial, l’unique en trente-cinq ans de pouvoir. Comment peut-il désacraliser la fonction de chef de L’État jusqu’à ce point ? Les faits d’incompétence notoire sont bien là !

Chers compatriotes, nous n’avons pas le droit de laisser notre descendance dans une telle médiocrité ! Cessez donc d’être des spectateurs ! Denis Sassou Nguesso doit partir !

Dans son discours à la nation, le Général Sassou Nguesso, se permet de dire que nul ne peut être inquiété par des opinions politiques. Comment explique-t-il les arrestations arbitraires, les emprisonnements des hommes politiques, l’emprisonnement du Général MOKOKO ?

De son règne, nous ne retiendrons que la terreur, les intimidations et les assassinats politiques soigneusement ciblés. Aucune famille au Nord, au Sud, à L’Est, à L’Ouest, au Centre, à L’Etranger, n’a été épargnée par ces assassinats. Cette dissonance et imposture sont inacceptables au sein des hommes libres et justes, épris de liberté et de paix. Les congolais en a assez de ce culte de la mort. Par la nature de son régime, Sassou Nguesso sortira de l’histoire par la petite porte, comme l’ont été Auguste PINOCHET, Adolphe HITLER, MUSSOLINI, les KHMERS ROUGES, FRANCOKISTES, etc.

Quant à la lutte contre la corruption (les antivaleurs) Sassou Nguesso promet de lutter sans merci contre les fraudeurs. Curieusement, il s’auto-satisfait des progrès accomplis dans ce sens. Mais, de qui se moque-t-il ? Je lui renvoie aux statistiques de Transparency International qui a classé le Congo-Brazzaville, 152ème/175 des pays les plus corrompus au monde. En trente-cinq ans de pouvoir, Sassou Nguesso a transformé le Congo-Brazzaville en un pays mafieux, un pays corrompu où la corruption sévit à l’état endémique. Et surtout, il y a de l’impunité, personne n’est punie, ce qui l’arrange d’ailleurs. Si Sassou Nguesso veut réellement lutter contre la corruption et les détournements des biens publics, il doit d’abord commencer par montrer l’exemple, c’est-à-dire par arrêter sa famille et ses enfants qui gèrent les entreprises et les comptes publics comme des épiceries familiales au détriment des congolais.

Sassou Nguesso, le médiateur autoproclamé de la paix ? Durant ces trois décennies, il n’a su que déstabiliser les pays voisins. Il est le pompier-pyromane de la sous-région de L’Afrique Centrale. Après avoir mis le feu, il se fait passer pour un médiateur international. Il ignore que les époques ont changé. L’opinion nationale et internationale a bien compris son jeu. Je pense que L’Afrique sera en paix sans Sassou Nguesso comme l’est aujourd’hui L’Europe sans les nazis.

Sassou Nguesso a passé tout son temps à acheter les consciences occidentales. Et, c’est ce qui explique L’OMERTA de la communauté internationale sur la situation catastrophique du Congo. Mis à part les assassinats d’hommes politiques intègres, Sassou Nguesso doit aussi sa longévité politique aux achats des consciences occidentales.

L’ACB-J3M estime qu’il incombe à la nouvelle génération d’hommes politiques congolais d’impulser une nouvelle forme de coopération gagnant-gagnant entre les pays Nord et ceux du Sud, qui ne sera pas basée sur l’achat des consciences. En effet, la françafrique dans sa forme actuelle, est incompatible avec la condition humaine.

Concernant l’opposition congolaise, Sassou Nguesso s’est félicité d’avoir désigné un chef de l’opposition. Je dis bien désigné et ce sont ses propres mots. Si son dispositif institutionnel marchait aussi bien que ça, pourquoi désignerait-il un chef de l’opposition ? (un homme qu’il contrôle !). Il se trahit lui-même. Or, un vrai opposant ne se désigne pas, il s’impose par ses idées et ses convictions au cours des débats contradictoires. Pourquoi Sassou Nguesso a-t-il désarmé l’armée si son dispositif institutionnel marchait aussi bien que ça ? Pourquoi a-t-il recruté des mercenaires ?
Par ailleurs, ces opposants accompagnateurs du régime tyrannique et les fameux rebelles fabriqués de toute pièce par Sassou Nguesso, doivent savoir qu’ils sont comptables des crimes économiques et humains commis par Sassou Nguesso, au même titre que les dignitaires du régime qui se sont frauduleusement enrichis au détriment des congolais. Ils auront à rendre des comptes devant la haute cour de la république qui sera créée après la chute du régime. Je dirais à ces valets accompagnateurs que leur temps est révolu. La société civile doit maintenant prendre ses responsabilités et arrêter de suivre ses traitres.

Chers compatriotes, en emprisonnant injustement le Général JMM MOKOKO, candidat victorieux des élections du 20 mars 2016, Héros du peuple, Symbole de la lutte contre cette dictature, le dictateur sanguinaire D. Sassou pensait faire plier cet homme de convictions. C’était méconnaitre l’homme. L’homme d’État reste droit dans ses bottes, fidèle à ses principes.

Au Général JMM MOKOKO, je dirai ceci : mon Général, les congolais sont fiers de vous, fiers d’homme d’honneur que vous êtes. Mieux vaut mourir pour ses idées que de trahir le peuple. Votre nom restera à jamais gravé dans nos mémoires. Il restera à jamais associé à la lutte des peuples contre la dictature, l’oppression et l’esclavagisme au 21è siècle. Que la jeunesse congolaise prenne toutes les dispositions d’un tél témoignage.

Enfin, j’aimerais terminer mon allocution en m’adressant à mes amis de la diaspora.
Chers compatriotes de la diaspora opposée au régime de SASSOU NGUESSO, que vous soyez adhérents ou non de notre Association, nous devons travailler dans la synergie, afin de restaurer la démocratie, l’État de droit dans notre pays, œuvrer ensemble pour une alternance politique et pacifique au Congo-Brazzaville.

Quant aux acteurs de la diaspora pourrie, ceux-là qui se livrent à la division tribale, ceux-là qui sont en collusion avec le régime tyrannique de Brazzaville (ils sont nombreux sur la place de Paris), ceux-là qui se pavanent sur la place de Paris à la recherche des contacts françafricains esclavagistes, je dirai que vous avez un train de retard. Ressaisissez-vous !

Chers compatriotes, nous devons rester mobilisés pour la libération du Congo. La survie de notre pays en dépend.
Je réaffirme aujourd’hui devant vous, que non seulement la diaspora opposée à la tyrannie ne participera pas au dialogue convoqué par Denis Sassou Nguesso, mais aussi qu’elle n’ira pas à une quelconque concertation tant que le Général JMM MOKOKO et l’ancien ministre André OKOMBI SALISSA resteront en prison.
Le Leitmotiv de L’ACB-J3M reste et restera le départ inconditionnel du dictateur D. SASSOU NGUESSO et de son clan du pouvoir. Restons donc mobilisés, unis et constants dans nos engagements.

Je vous prie de ne pas oublier les victimes de la violence de Denis SASSOU NGUESSO. N’ayez pas la mémoire courte. Les congolais aspirent à vivre en paix et dans la concorde nationale.

Congolaises, Congolais, Chers compatriotes, au nom de L’ACB-J3M-France, de ses sympathisants et adhérents, permettez-moi de vous souhaiter de très bonnes fêtes de fin d’année.

Que l’année 2019 soit l’année de la libération du Congo-Brazzaville.
Vive L’Association ACB-J3M-France
Vive le Congo-Brazzaville
Je vous remercie.
……………………
Fait, le 31 décembre 2018.
Docteur Thierry-Paul IFOUNDZA, Président de L’ACB-J3M.

(Ci-après, lien audiovisuel du discours)

https://www.facebook.com/acbj3mfrance/videos/508436326317355/?t=11