Pour mwinda.org

Début de campagne pour les candidats à la pseudo-présidentielle

Début de campagne morose qui s’est ouverte le 26 juin au Congo sous l’indifférence des Congolais : ces derniers savent que les dés sont pipés par un candidat, Sassou, décidé de mourir, coûte que coûte, au pouvoir. Se laisseront-ils faire, sans se révolter, une fois de plus ?

Liste des candidats à la pseudo-élection (de gauche à droite, et de haut en bas)

1–Nicéphore Antoine Thomas Fylla Saint-Eudes : 52 ans, Docteur en sciences économiques, ancien président directeur général de la Société agricole et de raffinage industriel du sucre du Congo. Croit en son étoile. Danse du ventre entre l’opposition et le palais de Sassou. Mère originaire de la RDC et père de Boko. Assez populaire chez les jeunes.

2– Guy Romain Kinfoussia : 68 ans, Saint-Cyrien, Colonel des Forces armées congolaises à la retraite, président de l’Udr-Mwinda. Originaire du Pool.

3– Jean-François Tchibinda Kouangou : 66 ans. Docteur d’État en droit, ancien ministre. Membre de l’Upads. Aucune chance. Seul candidat du Kouilou. Candidat de témoignage.

4 – Mathias Dzon : 62 ans, ancien ministre des Finances, directeur national de la Banque des États de l’Afrique centrale. Docteur d’État en sciences économiques. Téké pur sucre. Décidé et têtu, il croit son tour arrivé. Rêve de faire mordre la poussière à Sassou. Mais en a-t-il les moyens ?

5– Denis Sassou NGuesso : 66 ans. On ne le présente plus : près d’un quart de siècle au pouvoir sans avoir, aucune fois, s’être fait élire suite un scrutin pluraliste, transparent et sincère. Avec lui c’est simple. Quand il n’organise pas l’élection il ne passe pas le premier tour. A toujours fait la différence par le magot, les armes et l’ethnie. Déclaré d’ores et déjà vainqueur au premier tour par la Conel, le ministère et la Cour constitutionelle qu’il a lui même nommés.

6– Ernest Bonaventure Mizidy Bavouéza : Quarante-sept ans. Déjà candidat en 1992 et en 2002. Aucune chance malgré des qualités. Originaire du Pool.

7– Michel Marion Madzimba Ehouango : 54 ans, docteur en droit et en sciences politiques. Professeur d’université, proche de Lekoundzou. Discret, on ne l’entend plus guère depuis plusieurs mois. Serait-il rentré dans le rang ? Originaire du Nord et du Pool.

8– Clément Miérassa : Économiste statisticien de formation. Authentique opposant à Sassou depuis une décennie. Originaire des Plateaux.

9– Anguios Nganguia Engambé : douanier, 47 ans, originaire du district d’Abala. Un inconnu de la majorité des Congolais même s’il fut candidat malheureux aux législatives à Talangaï. Candidat de témoignage.

10– Joseph Hondjuila Miokono : Ancien ministre. Originaire des Plateaux. Un positionnement flou après des années d’exil.

11- Bertin Pandi-Ngouari : 43 ans, gendarme, accusé d’avoir voulu fomenter un coup d’Etat dans l’affaire des armes de Bifouiti. Ancien prisonnier. Originaire des pays du Niari. Aucune chance.

12– Joseph Kignoumbi Kia Mboungou : 56 ans. Déjà candidat dissident de l’Upads en 2002. Député de la Lekoumou. Banquier et hommes d’affaires. Positionnement assez flou.

13– Jean Ebina : 46 ans. A longtemps travaillé en France. S’occupe de la société Ebina. Aucune chance.


Dans congo-siteportail.info

Présidentielle : Denis Sassou N’Guesso présente son programme de société « Le Chemin d’Avenir »

Candidat à l’élection présidentielle du 12 juillet, Denis Sassou N’Guesso a procédé le 26 juillet à Brazzaville à la présentation de son contrat social pour les sept ans à venir, dénommé « Le Chemin d’Avenir ». Ce programme se subdivise en deux axes complémentaires à savoir la modernisation et l’industrialisation du pays, en vue d’un Congo nouveau et prospère.

Le candidat Sassou N’Guesso s’est exprimé dans le cadre de la campagne de l’élection présidentielle, ouverte ce 26 juin. Au-delà des acquis de la « Nouvelle Espérance », programme à base duquel il avait été élu en 2002, « Le Chemin d’Avenir » permettra de passer de l’espérance retrouvée à la prospérité.

En matière de modernisation du pays, le candidat entend apporter les réponses aux défis de l’éducation nationale, l’administration publique, la justice, la force publique, la politique nationale, la gouvernance, les infrastructures de base, etc.

Des allocations budgétaires plus substantielles seront accordées au secteur de l’éducation de base ; l’enseignement supérieur, technique et professionnel ; la formation qualifiante. La fonction publique sera réformée ; la justice bénéficiera des moyens nécessaires et consolidera son indépendance.

Une fois réélu, le candidat Sassou N’Guesso proposera au parlement lors du prochain septennat, une loi de programmation sur 10 ans au profit des Forces armées congolaises (FAC), de la police nationale et de la gendarmerie.

Il entend poursuivre la mise en œuvre des initiatives susceptibles de rendre irréversible la paix et le processus démocratique, en instituant à compter de l’année scolaire 2010-2011, au collège et au lycée, un cours d’éducation civique portant sur la paix, la démocratie et les libertés.

M. Sassou N’Guesso s’est engagé à faire adopter une loi fixant la protection et des avantages au bénéfice des candidats à l’élection présidentielle, ayant obtenu au moins 15% des suffrages exprimés.

L’emploi, la santé, la protection sociale, l’habitat, les nouvelles technologies, la culture, le sport et la lutte contre la vie chère figurent également parmi les priorités du candidat qui prévoit de renforcer le secteur privé et le rôle catalyseur de l’Etat.

Dans le domaine des infrastructures de base, les acquis du septennat précédent seront consolidés notamment avec la poursuite des grands travaux de construction et de réhabilitation des infrastructures dans le pays.

L’industrie occupe une place de choix dans le nouveau contrat social du candidat Sassou N’Guesso qui prévoit l’organisation de la production nationale des biens et des services, l’augmentation des capacités industrielles existantes, l’industrialisation de l’offre nationale du tourisme afin de permettre à ce secteur de contribuer au terme du septennat à plus de 10% au PIB.

Le candidat Sassou N’Guesso s’est engagé à défendre les valeurs qui fondent la dignité de la personne humaine, l’autorité de l’Etat, l’amour du travail bien fait, l’égalité des chances et équité, les droits individuels et la justice, la promotion de l’esprit patriotique et civique, etc.

Après avoir présenté son programme de société devant la classe politique nationale à Brazzaville, le candidat Sassou N’Guesso s’est rendu à Pointe-Noire où il a expliqué les axes de ce programme aux hommes d’affaires et autres personnalités.

Vendredi 26 Juin 2009 - 17:09
Rosalie Guielle


Dans congo-internet.com

Denis Sassou N’Guesso ouvre le bal de passage des candidats sur les médias

26/06/2009

Le candidat Denis Sassou N’Guesso sera le premier à présenter, sur les médias, son nouveau projet de société pour le prochain septennat ...
Le candidat Denis Sassou N’Guesso sera le premier à présenter, sur les médias, son nouveau projet de société pour le prochain septennat. C’est le résultat du tirage au sort organisé le 25 juin à Brazzaville par le Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC). Il sera suivi des candidats Anguios Nganguia Engambé et Jean-François Tchibinda Kouangou.

L’opération s’est déroulée à l’hôtel de ville de Brazzaville en présence des représentants des treize candidats. Elle était placée sous la direction de Jacques Banangandzala, président du CSLC.

Conformément à l’article 21 de la loi n° 15-2001 relative au pluralisme dans l’audiovisuel public congolais, les treize postulants à la magistrature suprême disposeront de deux heures trente minutes, soit onze minutes cinquante-quatre secondes par candidat. L’objectif est de donner l’information la plus complète possible aux électeurs, a assuré Jacques Banangandzala.

« L’élection du président de la République est une consultation majeure, au regard de la complexité, de la responsabilité et de la délicatesse de la fonction en jeu. Candidats et ceux qui les soutiennent, presse, Force publique, électeurs, observateurs, organisateurs, nous sommes pleinement interpellés dans cette élection que tout le monde souhaite crédible, transparente, apaisée et réussie » , a-t-il déclaré.

Il a par ailleurs recommandé aux différents acteurs, l’observation stricte des règles du jeu lors du déroulement de la campagne électorale. Les injures, les appels à la haine et l’incitation à la violence sous toutes ses formes dans les médias, sont prohibés. Les journalistes quant à eux, sont tenus de respecter les obligations qui leur incombent notamment, le devoir d’informer, le devoir d’égalité et d’accès des candidats aux médias, le devoir de pluralisme, d’équité et de neutralité, ainsi que celui d’impartialité dans le traitement de l’information.

Les résultats complets du tirage au sort de l’ordre de passage sur les médias des candidats à l’élection du président de la République du 12 juillet, sont les suivants :

1- Denis Sassou N’Guesso ;
2- Anguios Nganguia Engambé ;
3- Jean-François Tchibinda Kouangou ;
4- Guy Romain Kinfoussia ;
5- Jean Ebina ;
6- Michel Marion Ehouango Mandzimba ;
7- Clément Miérassa ;
8- Antoine Thomas Fylla Saint Eudes Nicéphore ;
9- Joseph Hondjuila Miokono ;
10- Bertin Pandi-Ngouari ;
11- Mathias Dzon ;
12- Joseph Kignioumbi Kia Mboungou ;
13- Ernest Bonaventure Mizidy Bavouéza.

Parfait Wilfried Douniama

NDLR :

Ainsi donc exit la Nouvelle Espérance avant même que le quart de la moité du huitième du projet qu’elle prétendait porter n’ait été mis en application.

Bonjour le "Chemin de l’Avenir", porté par une jeune homme de 66 ans à la santé qu’on dit défaillante, ce projet risque bien d’avorter avant même de voir sa mise en application engagée.

Une remarque toutefois : c’est là le seul projet apporté par un candidat, les autres n’ayant pas grand chose à dire.

Faire et défaire, est-ce toujours travailler ?