L’association Létili Actions France Congo (LAFCO) et les populations des villages du district de Zanaga sollicitent, par la présente, l’intervention du chef de L’État, son excellence, le Président Denis sassou Nguesso par l’intermédiaire du Premier Ministre, son excellence M. Clément Mouamba et du ministre de l’enseignement afin que ce que nous considérons à ce jour comme un oubli soit corrigé.

De quoi s’agit-il ? Ce 1er octobre 2018, date de la rentée scolaire au Congo, les enfants de Bandzié, localité située à 9 km de la commune urbaine de Zanaga (Lékoumou) risquent de chômer puisque leur école manque de directeur.

Un fâcheux oubli

En effet, une note ministérielle vient de nommer les directeurs des établissements scolaires au CONGO. Mais dans la circonscription scolaire de ZANAGA et sur proposition des autorités locales, 4 établissements sur 21 ont été « oubliés  » par ces nominations.

1- école de Bandziè
2- école de Madzounou
4- école de Kimboto
4- école de Sala- Mbama

La mort dans l’âme, la population interpelle la miséricorde du Premier Ministre chef du gouvernement et du Président de la République afin que cette école rurale ne contraigne pas ses élèves à pratiquer l’école buissonnière. Pourtant ce n’est pas faute à la population locale d’avoir mis la main à la pâte afin de disposer d’un établissement scolaire.

Réhabilitation

Construit en 1972, l’ancien bâtiment, vieillot, était sur le point de s’écrouler sur les enfants et leurs enseignants. L’école est laissée à l’abandon jusqu’en 2017 où, sur l’initiative de l’Ong LAFCO (Lékéti Action France Congo) le bâtiment est restauré pour un effectif total de 80 élèves. LAFCO ajoute un nouveau bâtiment comptant 3 salles de classe, un bureau et une bibliothèque/ salle informatique plus des toilettes. Coût des travaux : 24 millions de FCFA rassemblés grâce à des dons. L’école fonctionnera avec un directeur qui malheureusement vient de décéder. L’année 2019 menace d’être blanche si rien n’est fait.

JPEG

L’image ci-dessus est celle de l’école de Bandziè, don de l’association LETILI ACTIONS FRANCE CONGO (LAFCO) présidé par M. Nell François Moungabi-Mankissa à L’État congolais en septembre 2017.

Un an après, ce beau bâtiment risque de ne pas être fonctionnel alors que la soif d’instruction brûle les enfants de la région. La population a fourni sa part d’effort pour que les générations futures évitent l’analphabétisme. Reste au gouvernement de faire sa part. Dans moins d’une semaine nos enfants vont reprendre le chemin de l’école. L’école attend en urgence l’affectation d’un nouveau Directeur d’établissement.

« L’école publique étant le seul moyen de garantir l’égalité des chances aux générations futures, nous comptons sur les autorités compétentes pour aider ces enfants du CONGO à emprunter le chemin d’avenir  » insiste François Moungabi-Mankissa.

Isidore Akouéli