Le Soleil (Dakar), 12 Septembre 2005. « Nous avons écrit à la FIFA, il y a quelques jours, pour lui demander de programmer les matches Sénégal - Mali et Congo - Togo de la dernière journée des éliminatoires combinées CAN/Mondial le même jour et à la même heure ».

L’information est de Mbaye Ndoye, le président de la fédération sénégalaise de football qui participe actuellement au congrès de la FIFA à Marrakech, au Maroc. On sait qu’avant cette 10e et décisive dernière journée pour la qualification au Mondial allemand de l’année prochaine, le Togo, 1er du Groupe 1 avec 20 points doit rencontrer, le dimanche 9 octobre, le Congo d’ores et déjà éliminé même de la course à la CAN ; alors que le Sénégal, 2e avec 18 points, est censé recevoir le Mali, la veille à Dakar.

Ce qui, de l’avis du président de la FSF, « pose un problème d’équité », puisque « Lions » et « Eperviers » étant en concurrence directe pour le seul ticket qualificatif au Mondial, doivent descendre dans l’arène au même moment. « C’était déjà le cas en 2001, lorsqu’on avait été chercher la qualification au Mondial asiatique à Windhoek.

On s’était battu et l’on avait obtenu, à 4 ou 5 jours de l’échéance, que le match entre l’Algérie et l’Egypte (qui était en course pour le ticket qualificatif) fût joué le même jour et à la même heure », se souvient Mbaye Ndoye. C’est pourquoi, il estime que cela ne devrait pas poser de problème.

D’autant que dans bien des poules, la lutte pour l’unique visa au Mondial se disputera à distance. En effet, le Groupe 5 est le seul où tout se décidera dans une confrontation directe, le 8 octobre, au stade de Radès entre la Tunisie (1ère avec 20 points) et le Maroc (2e avec 19 points).

C’est vrai que la question n’est pas inscrite à l’ordre du jour de la rencontre de la FIFA à Marrakech. « Mais, puisque le chargé des compétitions internationales de l’instance mondiale est présent ici, nous saisirons l’occasion pour lui en souffler un mot en coulisses », promet Mbaye Ndoye. Pour lui, le Sénégal n’a pas le choix. « Samedi ou dimanche, c’est sans importance ; pourvu que ce soit le même jour », selon le président de la FSF.