Nicolas Sarkozy, l’ancien président français, était l’invité du Quotidien, le jeudi 10 septembre dernier, quand soudain il a dérapé sur une peau de banane. Récit.

Au cours d’une émission de télévision qui est présentée par Yann Barthes et produite par Banguini, l’ancien locataire de l’Élysée s’attaqua aux élites « qui se pincent le nez  » et qui sont «  comme les singes, qui n’écoutent personne ».

Voulut-il, lui aussi, parler de « l’intellopolitisme », la maladie dont souffrent beaucoup d’intellectuels et qui les pousse à renoncer solennellement et volontiers à leurs êtres et personnalités pour devenir des autres, eux-mêmes, dont nous décrivons les causes, les symptômes et les conséquences dans notre roman « Une chéchia rouge pour tonton Ouatta, un casque colonial pour le cousin Mac  » ?

Aussi, avait-il mimé en posant les mains sur ses yeux, faisant ainsi référence à la figure bien connue des trois singes de la sagesse : le sourd, le muet et l’aveugle.
Cependant, se défendant et voulant justifier l’utilisation des mots « singes » et « nègres », Nicolas Sarkozy a fait allusion au changement de titre du roman d’Agatha Christie, «  Les dix petits nègres », qui venait d’être rebaptisé, au cours de cette année, « Ils étaient dix  ».

Or, le titre de ce roman qui était paru en 1939, avait été jugé comme offensant et ayant une connotation raciste.
Voilà pourquoi 81 ans après son édition, l’arrière-petit-fils de l’auteure a décidé de le changer.

Néanmoins, nous connaissons que l’homme aime la polémique.

Voilà pourquoi nous déduisons que son vrai message est à lire dans les filigranes de ces deux mots, et que sa cible n’est pas les intellectuels mais les Africains qu’il a toujours jalousés et méprisés dans ses discours mêmes officiels ainsi que les conférences qu’il donne après son passage à l’Élysée.

Signalons que Nicolas Sarkozy, avocat par sa profession, ne pouvait donc pas manquer de mots ou d’expression pour fustiger les intellectuels et ne pas faire allusion au singe et au nègre.

En utilisant les mots « singe » et « nègre », il a changé brusquement et sciemment d’adversaire.

Il a tout simplement voulu plus faire mal aux Africains qu’aux intellectuels français.
Déjà, dans son discours de Dakar, le 26 juillet 2007, alors qu’il était en visite officielle au Sénégal, il déclare devant des étudiants, des enseignants et des personnalités politiques que «  L’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire  ».
En 2016, alors qu’il est invité de Bourdin Direct, sur la chaine de télévision française d’information nationale en continu, BFMTV et RMC, pour parler du réchauffement climatique, il accuse l’Afrique, notamment son explosion démographique, d’être à l’origine de la pollution du monde.

Mais, c’est son dernier passage au Quotidien qui prouve que la haine envers les Africains que l’on ne croyait, jadis, trouver qu’au Front National, le parti de Jean Mari Le Pen, était aussi viscérale à Droite. Peut-être aussi à Gauche !

Faudra-t-il rendre à Sarkozy la monnaie de sa pièce ?

Faudra-t-il rendre à Sarkozy la monnaie de sa pièce, en monnaie de... singe ?
Les Africains ne sont pas les Babyloniens chez qui la loi du talion qui consiste en la réciprocité du crime et de la peine avait été appliquée pour la première fois.
Les Africains ne sont pas barbares pour se faire justice eux-mêmes.

Mais, cela ne veut pas dire qu’ils sont lâches et ne savent pas se défendre même si souvent, ils répondent aux imbéciles par le silence.
Pourtant, les temps nouveaux les obligent à présenter au monde une autre Afrique. Une Afrique qui sait dire non et qui peut, elle aussi, se défendre et riposter lorsqu’on la provoque. Coup pour coup.

Nicolas Sarkozy, trois fois nain ! pour paraphraser le « Saint ! Saint ! Saint ! Le Seigneur est trois fois Saint »

Les dernières déclarations de Nicolas Sarkozy ne peuvent donc pas passer sans provoquer notre réaction, en tant que journaliste et écrivain, donc prophète de notre temps. Comme nous l’aimons l’écrire.

Mais, c’est en paraphrasant ce chant de créature céleste « Saint ! Saint ! Saint ! Le Seigneur est trois fois Saint  » que nous voulons répondre à la polémique lancée par l’ancien président français.

A la place de Saint, nous n’avons pas trouvé mieux que le mot nain qui rime avec saint.
Nain ! Nain ! Nain ! Nicolas Sarkozy est trois fois nain.
Oui, il est trois fois nain ! Et, nous pouvons le prouver par son comportement physique, intellectuel et moral.

Nain par sa taille : Paris Match avait écrit qu’il n’est pas plus grand que Carla Bruni (1m75). Nous lui donnons la taille de Zachée, riche publicain de Jéricho, collecteur d’impôts et de droits divers sur les denrées importées qui était au service des Romains.

Comme Zachée, desservi par sa petite taille, était obligé de monter sur un sycomore pour voir Jésus, Nicolas Sarkozy est, lui aussi, obligé de monter sur les plateaux et tribunes pour se faire voir par les Français, et insulter les Africains afin de plaire à certains médias qui ont besoin de la polémique pour avoir une audience.

Nain intellectuellement : Nicolas Sarkozy a dit que « L’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire  ». Ce qui est très grave pour un chef d’État.
Nous comprenons que l’homme ne connait que l’histoire de la Hongrie, le pays d’où vient son père. Même pas celle de la France, le pays qu’il a dirigé de 2007 à 2012.
Surtout pas celle de l’Afrique qui, pourtant, est considérée (et non pas seulement ) comme le berceau de l’humanité, à partir duquel l’homme moderne a gagné le reste du monde.
Mais, aussi le continent qui a abrité la première puissance du monde et a connu, entre autres, des grands philosophes, mathématiciens, physiciens, architectes… qui jusque-là sont inégalés puisque ce sont eux qui ont inventé ses sciences… bien avant même les Européens et les Arabes qui sont venu copier et tout détruire. Nous citons l’Égypte antique.

Mais, nous nous demandons aussi pourquoi relancer, en ce vingt-et unième siècle, des débats qui sont révolus et qui ne peuvent pas faire avancer l’humanité si
ce n’est pas la confirmation du contraste entre son état adulte, sa taille, sa formation, ses fonctions, son niveau intellectuel, sa moralité qui sont inférieurs à la moyenne du type auquel il appartient ?

Nain moralement : Nicolas Sarkozy est moralement nain.
Tenez ! A cause de la jalousie des puissances occidentales sur les richesses du continent africain, et parait-il aussi d’une affaire personnelle contre le Président libyen, il se porte garant et engage son pays, la France, pour faire tuer Mouammar Kadhafi qui, pourtant, avait financé sa campagne électorale.

Cependant, malgré les conséquences humaines et matérielles que continue de faire la guerre qu’il avait provoquée, dans tout le continent, il n’éprouve aucun sentiment de culpabilité. « Conscience de tracteur  » Disons-nous avec Sony Labou Tansi, écrivain congolais.

Serge Armand Zanzala,
journaliste et écrivain