La finale du championnat national du Congo n’était pas arrivé à son terme en raison d’une tension persistante, laquelle avait fini par dégénérer au jet des projectiles par les supporters sur les joueurs et les arbitres. Cette violence avait conduit à l’arrêt du match, à 10 minutes de la fin du temps réglementaire. A cet instant, le score était de 2 buts partout. Ces événements, très fâcheux, s’étaient produits le 2 octobre dernier.

Les rumeurs annonçaient pourtant la reprise de cette finale pour les jours qui suivraient le match Congo-Togo dans un stade à huis clos. Mais, contre toute attente, la décision homologuée par la Fédération congolaise de football (Fécofoot) est tombée comme un couperet ce 10 octobre. La finale entre Diables noirs et Saint-Michel de Ouenzé ne se déroulera plus jamais. Elle est purement et simplement annulée.

Aussi ces deux équipes, potentielles candidates au sacre national, sont-elles toutes perdantes et sont astreintes aux amendes de 250.000 FCFA chacune. Elles sont appelées à la réparation des dommages causés aux installations du stade Alphonse Massambat Débat et à la prise en charge des personnes et des biens victimes de cet hooliganisme perpétré par les supporters des deux bords.

Ces incidents s’étaient traduits par le jet des pierres et des bouteilles sur les joueurs, l’envahissement de l’aire du jeu par des spectateurs, l’arrachage des strapontins des tribunes, la destruction du portail principal du stade et l’incendie d’un véhicule privé aux abords de cet antre sportif.

Nous apprenons par la même occasion, la démission de l’entraineur camerounais de Diables Noirs, Richard Ebouele qui stigmatise les dirigeants du club, pour le peu de moyens financiers alloués à l’équipe. Avec Diables noirs, Richard Ebouele a gagné en Août dernier, la Coupe du Congo.